6300

CHRONIQUE PAR ...

115
Djentleman
Cette chronique a été mise en ligne le 13 décembre 2013
Sa note : 16/20

LINE UP

-Luboš "Fred"Kristek
(Chant)

-Michal Florian
(Guitare)

-Michal Janku
(Guitare)

-Radim Vládek
(Basse)

-Jarda Soukup
(Batterie)

TRACKLIST

1)Human Tragedies…
2)And The Abyss Stood Mute
3)The Bonds
4)Beneath The Throes Of Sleep

5)A Foe Of The Flesh
6)Unearthing The Warped Frames
7)Within The Felon Endearment
8)…Every Day


DISCOGRAPHIE


Noostrak - Human Tragedies Every Day
(2012) - brutal death Brutal Deathcore Technique - Label : Gothoom Productions



Âmes sensibles et cœurs fragiles s'abstenir. Une fois n'est pas coutume, ce groupe de Brutal Deathcore Technique (auquel on pourrait rajouter des influences de Black) nous vient de République Tchèque, pays qui n'est pas vraiment reconnu pour ses groupes de métal, mais qui commence peu à peu à se faire une place, grâce à des groupes comme Modern Day Babylon (Djent) ou le groupe Pray For Forgiveness (Metalcore Progressif). Ce groupe s’est formé en 2003 mais ne sort son premier et seul album à ce jour que le 22 juin 2012. C’est donc une formation qui nous gratifie d’un album après 9 ans de maturité : de quoi s’attendre à un très bon album. Et la surprise est de taille...
 
En effet après quelques minutes (voire secondes) d'écoute, un seul mot nous vient à l'esprit : brutalité. Oui, comme celle de Disfiguring The Goddess, au son lourd et massif, mais avec une double pédale encore plus présente et des riffs saccadés. L'introduction instrumentale, qui n'atteint même pas les 30 secondes, donne de suite le ton de l'album. L’influence de Beneath The Massacre, un des pionniers du genre, se fait assez vite sentir dans les deux premières compositions tant au niveau de la complexité des riffs que de la puissance auditive. La musique et les compositions sont extrêmement techniques. C’est sûrement le batteur qui a le plus de boulot. Les rythmes sont souvent très complexes à suivre et le batteur ne joue pas tout le temps sur un rythme binaire ("And The Abyss Stood Mute"). La double pédale se pose à merveille sur les guitares pendant les passages saccadés ce qui les rend encore plus lourds et violents qu’ils ne le sont déjà. Ce dernier nous gratifie aussi de plusieurs blast beats très bien maîtrisés. Les guitaristes et le bassiste ne sont pas en reste car les rythmiques sont très soutenues et les chansons proches des 4 minutes en général. Leur jeu alterne souvent entre black et death technique avec des changements de rythme soudains. Du côté de l’ambiance, hormis la brutalité, on a le droit à des atmosphères plus lentes à la Cannibal Corpse (période Gallery Of Suicide) de temps à autres (2’40 sur "And The Abyss Stood Mute" et 1’10 sur "Beneath The Throes Of Sleep").
Les solos aussi jouent un rôle qui donne une atmosphère particulière et parfois pesante. Le chanteur passerait presque pour le moins technique des membres, mais la puissance et la durée de ces pig squeels ("And The Abyss Stood Mute", "The Bonds", "Beneath The Throes Of Sleep", "A Foe Of The Flesh") ainsi que sa voix ne laissent pas de doute quant à son talent. Celle-ci est assez grasse et caverneuse, et fait penser à celle de l’ex-frontman de Suffokate Ricky Hoover, en plus puissante et moins compréhensible. Il utilise en outre deux chants : un chant growl, très grave, pour le chant death et un chant plus aigu, plus proche de celui du black. Son souffle est d’ailleurs assez remarquable ! Jugez-en par vous-même avec son premier pig squeel sur "The Bonds". La qualité de production est excellente malgré le très peu connu label slovaque Gothoom Productions, qui ne compte dans ses rangs qu’une quinzaine de groupes (tous d'origine tchèque ou slovaque). Les titres sont d’une puissance assez impressionnante, les breaks ultra-violents, et on se surprend vite à secouer la tête (au minimum) dans tous les sens, sans savoir où aller. Un conseil : si vous avez un bon caisson de basse, c’est le moment de l’exploiter et de le pousser un peu. Ce groupe est un véritable défouloir. A noter que les paroles sont introuvables sur Internet, qu’elles soient en tchèque ou en anglais. Même si vous avez un assez bon niveau d'anglais, il vous faudra une assez bonne oreille et habitude du style pour comprendre la plupart des paroles.

 
Un des seuls reproches que l’on puisse faire à cet album est sa durée beaucoup trop courte : un peu moins de 24 minutes au compteur pour 8 pistes (6 en réalité, si on enlève les très courtes Intro et Outro). On peut aussi noter la difficulté à différencier les chansons pendant les premières écoutes. On y arrive malgré tout au bout de 3 ou 4 tentatives, mais globalement la recette reste la même. Celle-ci fonctionne très bien même s’il existe un manque de variabilité dans la composition des titres. Malgré tout cette première (courte) galette est très réussie. On ne peut attendre la suite qu’avec impatience, même si on imagine mal comment ce groupe pourrait composer des chansons plus ravageuses et plus techniques encore, notamment au niveau des breaks. N'hésitez pas à parler de ce groupe talentueux autour de vous ou de le passer en soirée (si vous avez vraiment des potes très cool) car ce groupe mérite clairement qu'on s'y attarde ne serait-ce que pour leur brutalité. En concert, ça doit déboîter sec!



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1