6160

CHRONIQUE PAR ...

99
Droom
Cette chronique a été mise en ligne le 28 septembre 2013
Sa note : 15/20

LINE UP

-Kmar
(chant)

-Vost
(guitare)

-Erik
(guitare)

-61
(basse)

-Kfran
(dj+sampling)

-Burns
(batterie)

TRACKLIST

1) Yallah
2) Blöhm
3) Frakasse Smala
4) Siliclone Liquid
5) Nawak
6) Porn
7) K-Ra
8) Cosmic Gros Pluck
9) Bigquick
10) Soukaripa
11) T.N
12) Millesime Team
13) VOST

DISCOGRAPHIE

Keçkispasse? (1999)

Pleymo - Keçkispasse?
(1999) - néo metal barré - Label : Epic Records



Avec l'annonce d'un éventuel retour de Kyo (dont je me fiche pas mal, pour le coup - et vous aussi j'imagine) j'ai eu envie de me replonger dans certains plaisirs de jadis, ô combien coupables si on devait les juger avec un regard actuel. Je n'écoutais pas autant de musique qu'aujourd'hui mais les rares albums qui trouvaient grâce à mes oreilles étaient récompensés comme jamais : ils devenaient mes Graal. Ce premier album de Pleymo en aura fait les frais. Ah ! Une bien belle époque que celle-ci, quand l'insouciance régnait ! 

Et je ne m'en rends compte qu'aujourd'hui seulement mais mes représentants légaux étaient bien gentils avec moi. Car pour leur passer la commande d'un album au titre en forme de fot 2 Fran é et dont l'artwork représente, au choix et selon son orientation, une armée de phallus humanoïdes ou une séquence d'orgie un peu crade sur les bords, il fallait l'inconscience de la jeunesse. Bref, le premier album du groupe leader de la Team Nowhere devait arriver jusqu'à mes jeunes conduits auditifs (la « Team Nowhere » désignant alors une brochette de gagnants à la Française qui comprenait, à l'époque, Pleymo, Enhancer, Wünjö, Aqme, etc., et qui s'occupait de remplir les bacs du rayon néo metal - un genre ayant alors le vent en poupe, oui c'est possible - des centres culturels Leclerc). Derrière cet artwork annonciateur du niveau intellectuel du contenu se cachait donc une bande de Parigots mal sapés, aux tronches de branleurs, comme une version VOSTFR de Limp Bizkit. Du néo servi sur le mode de la déconne et de la décontraction absolue. Deux éléments qui se ressentent dans les textes bas-du-front qui mettent en avant des problèmes essentiels comme le porno, la mille-fa (dédikass !), les seins en silicone et, comme pour mieux se poser en tant qu'artiste, la défonce et les poubelles du MacDo. Le monde était beau et simple avant l'an 2000. 
Musicalement - parce que bon, Pleymo fait aussi de la musique en plus de faire n'importe quoi - Keçkispasse? respire la fougue de la jeunesse, qui s'échappe du disque par le biais d'un néo metal absolument aussi abruti que jouissif. Néo qui représentait pourtant un vent de fraîcheur sur l'hexagone, à l'époque, avant que le mouvement ne s'écroule aussi vite qu'il était apparu. Je passe sur les textes dont vous connaissez les thèmes, et qui sont aussi navrants qu'amusants, eux qui mélangent le français, l'anglais et le n'importe quoi dans des rimes improbables et tout sauf poétiques. Le chant de K-Mar (en fait, c'est Marc, mais Marc fait un peu trop propre-sur-lui-catho-raie-sur-le-coté je suppose) est à l'époque totalement rappé, et son phrasé serait celui d'un Grand Corps Malade en pleine mue, à moitié écrasé sous un camion benne (d'où un irritant aigu digne de l'adolescent qui mue). Parfois K-Mar grogne un peu aussi, mais pas comme dans Opeth. Parfois encore, il se risque au chant plus mélodique, mais pas comme dans Opeth non plus. Bref, Pleymo n'est pas Opeth. L'autre élément majeur - comme dans tout néo qui se respecte - est la basse, qui pour le coup, est mise en avant et balance des plans remplis de groove ; plus ou moins à l'instar des riffs ô combien basiques mais ô combien bonnards. Keçkispasse? est un disque fait pour jumper et faire des conneries en scoot'. Ehcétou.
Musicalement, ce premier album est donc un concentré de fun. Les guitares sous-accordés jouant des riffs aussi simplistes que le sont les paroles donnent le ton : celui du néo metal. Le néo de base, qui ne se prend pas la tête, qui ne se plaint pas. Celui qui veut juste délirer avec ses potes, peu important si l'intelligence collective de ses membres en pâtisse un vilain coup. Somme toute, voilà un disque idéal et étonnement frais pour s'aérer l'esprit et retomber en 1999, alors que le crash du nouveau millénaire restait encore une hypothèse probable. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3