609

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Kyle Thomas
(chant)

-Erik Larson
(guitare)

-Ryan Lake
(guitare)

-Mikey Bryant
(basse)

-Bryan Cox
(batterie)

TRACKLIST

1)The Cleansing
2)Void Of Hamony
3)Words Of The Dying Man
4)The Beggar
5)None Shall Return
6)Whiskey War
7)A Dreamer'S Fortune
8)Valor
9)Open Fire
10)Brave The Rain
11)Greed

DISCOGRAPHIE

Fulton Hill (2004)
Open Fire (2007)

Alabama Thunderpussy - Open Fire
(2007) - hard rock stoner - Label : Relapse Records



Alabama Thunderpussy, Open Fire, en voilà une pochette très « metal warrior » ! Mais non, ce n'est pas du Manowar ou du Hammerfall, rien à voir ! L'album Fulton Hill sorti en 2004, était déjà jouissif à plus d'un titre, il contenait juste quelques longueurs et le chanteur de l'époque, Johnny Throckmorton, ne permettait pas de mettre en valeur les qualités mélodiques du groupe. Et comme par magie, ces deux défauts ont été soigneusement corrigés sur Open Fire.

Le nouveau chanteur Kyle Thomas remplace Johnny Throckmorton et force est de constater que ce changement leur est bénéfique. Kyle Thomas peut davantage moduler sa voix, c'est toujours utile. Les sonorités sudistes présentes sur Fulton Hill ont disparu ici, Open Fire est plus direct et heavy. Les longueurs et les passages expérimentaux cèdent leur place à des morceaux courts et concis. On serait tenté de les classer dans le stoner mais ce serait trop restrictif. Alabama Thunderpussy tape aussi dans le hard rock et bien sûr le heavy sabbathien. Leur musique se rapproche davantage de groupes américains comme Corrosion Of Conformity ou Down, plutôt que des groupes de stoner scandinaves.

Place à l'efficacité, d'excellents titres plus rapides ("The Cleansing", "Whiskey War" - il fallait y penser ! -, "Open Fire") côtoient d'autres plus « sabbathiens », ponctués d'harmonies heavy des plus classiques, pour ne pas dire téléphonées ("The Beggar", "A Dreamer's Fortune"). Le chanteur se permet quelques gueulantes dans les aiguës (ça reste raisonnable, on n'en est pas encore au gay-metal comme on dit !) ou joue même les Phil Anselmo avec sa voix grave et virile ("Words Of The Dying Man"). Alabama Thunderpussy n'est pas original pour un sou et ne vient pas de réaliser l'album du siècle. Mais leur recette fonctionne et comme on dit à chaque fois pour les groupes de ce style : ça riff à tout va, ça pue la bière à dix mètres, ça sent bon le Texas et l'Amérique profonde, il n'en faut pas plus pour être heureux !




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4