6081

CHRONIQUE PAR ...

95
Wrathchild
Cette chronique a été mise en ligne le 22 novembre 2013
Sa note : 7/20

LINE UP

-Diego Valdez
(chant)

-Ethan Brosh
(guitares)

-Steve Handel
(basse)

-Kenny "Rhino" Earl
(batterie)

TRACKLIST

1) Thundergod
2) Sondrio
3) Queen Warrior
4) What Have You Become
5) White Star Line
6) The Enemy
7) True Brothers
8) Redemption
9) King Of All Kings
10) Turning To Stone
11) Bullet

DISCOGRAPHIE

Thundergod (2013)

Angels Of Babylon - Thundergod
(2013) - heavy metal - Label : Scarlet Records



Oui, il faut bien l'admettre, la présence de quelque star du métal dans les rangs d'un groupe a le don d'attirer toute bande de quidams espérant un retour à la gloire passée de la-dite star. Ici, au sein de Angels Of Babylon se trouve derrière les fûts nul autre que Rhino! Ce dernier fut batteur de Manowar pour l'album Triumph Of Steel. Il ne faut jamais sous-estimer la valeur du mec derrière les fûts. Imaginez Painkiller sans Scott Travis. Un exemple parmi tant d'autres...

Ancien batteur de Manowar, Thundergod comme titre d'album et qui irait très bien dans la discographie du-dit groupe, un petit regard sur les noms des morceaux et l'on peut se prendre à espérer du Manowar. Et il y en a, un peu. Oui, oui, surtout dans "True Brothers" et ce thème de la fraternité cher à beaucoup. Le problème, c'est que ce cri de ralliement ne va pas attirer grande foule. Le morceau commence très bien avec une grosse basse qui tache et des riffs engageants. Mais, voilà, le titre est plombé par le gros problème de ce groupe, enfin l'un d'eux, car s'il n'en existait qu'un seul, on saurait peut-être s'en sortir. L'un est le chanteur. Sans dire qu'il a une voix qui faiblit, elle manque un peu de puissance et de beaucoup de charisme. Mais le gros souci de ce groupe, c'est qu'ils ne savent pas concrétiser les quelques bonnes intros qui parsèment ce Thundergod. "True Brothers" n'en est qu'un exemple, où après avoir mis l'eau à l'oreille de l'auditeur, ils se contentent d'un tempo lent du genou et banal. Même topo pour "Bullet" qui aurait pu être sur le Crucible de Halford, enfin si lui non plus ne souffrait pas de ce mal de genou. "Queen Warrior" a la même maladie malgré un riff inspiré de King Diamond sauf qu'ici, la ligne de chant de Diego Valdez est aussi adaptée que de la mayonnaise sur des escargots.
Et la liste des presque, oh c'est dommage, de justesse, et consorts s'allonge tout au long de ce disque. "What Have You Become" n'est qu'un semblant de ballade qui tombe même à côté du pot de sirop. "White Star Line" se paie les frais de commencer par une petite intro acoustique sympa, une bonne entrée en matière des guitares et on plonge dans le banal dès les premières paroles. Enfin, on coule puisque l'on parle ici du Titanic. "King Of All Kings" aurait pu être sur un album de Manowar, mais Angels Of Babylon se contente encore une fois de faire le minimum syndical, avec un ch'tit peu de claviers. Quant à "Thundergod", il se plait dans un amour de la vitesse pour la vitesse, tel un coureur la tête basse qui ne se relève pas, et ce malgré une bonne prestation de Rhino. Seul petit éclair dans ce ciel sans soleil, est "Redemption". L'auditeur a droit à une petite - oui, ils aiment ça - intro au piano pour donner une ambiance de film d'horreur digne d'Alice. Le reste du morceau reste dans la même ambiance, mais avec des riffs plombés et menaçants, très sabbathéens. Seul morceau qui sauve ce disque du Coup de Gueule!      


Tout comme la pochette le montre, ce disque est un océan de banalités, rempli de vagues d'ennui. Des mélodies aux riffs en passant par le chant et les soli, rien ne sauve cet album du naufrage. Oubliez Neptune, il ne fera aucune apparition car il ronfle de la garde. A oublier. Rapidement.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1