6075

CHRONIQUE PAR ...

103
Amdor
Cette chronique a été mise en ligne le 05 juillet 2013
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Yannock Sans
(chant)

-Julian Gretz
(guitare)

-Matéo Arrestier
(basse)

-Léa Constantino
(batterie)

TRACKLIST

1) A Ray of Light
2) Under the Bombs
3) District One
4) Ld 50
5) The Human Concern
6) Gang Rape

DISCOGRAPHIE


Dwail - The Human Concern Part I
(2013) - hardcore mathcore - Label : Klonosphere



On le sait depuis quelques temps déjà, le panel de groupe signés chez Klonosphère est une des preuves que la scène metal française a de quoi en imposer à l’échelle européenne voire mondiale en termes de qualité. Ainsi une signature chez ce label semble représenter pour les groupes de l’Hexagone un premier niveau de reconnaissance et une promesse faite à l’auditeur qu’il trouvera dans la musique proposée une bonne dose de sincérité. Ca pour être sincères, ils le sont les Toulousains de Dwail et ils mettent tout leur cœur dans leur musique. Deux ans après un premier album qui n’annonçait que des bonnes choses, le groupe nous revient surexcité et avec la ferme intention de confirmer avec cet EP tout chaud tout beau.

Dwail semble avoir une affection toute particulière pour les concept albums et, après l’histoire d’un tueur en série dans le premier opus, nous emmène cette fois-ci assister à la fin de l’humanité sur fond d’invasion de la Terre par des extra-terrestres liés aux géoglyphes de Nazca. Comme son nom l’indique, The Human Concern Part I est la première partie de ce concept et l’histoire nous est présentée cette fois telle qu’elle est perçue par les Hommes, confrontés à fin de leur civilisation sous le feu d’une puissance inconnue. La seconde partie, encore à venir, devrait quant à elle prendre la forme d’un album complet qui nous narrera ce récit du point de vue des envahisseurs. Tout un programme en effet. Mais concentrons-nous tout d’abord sur la présente première partie. D’un point de vue stylistique, le groupe n’a pas opéré de mutation spectaculaire depuis Helter Skelter, évoluant toujours dans la droite lignée de groupes tels que The Dillinger Escape Plan ou Converge, jouant un hardcore à l’américaine, ultra syncopé, dissonant et bourré d’énergie qui doit sérieusement dépoter en live.
Car en effet, format d’EP oblige, les morceaux se veulent particulièrement directs et taillés pour être joués en concert et c’est bien là la plus grande force des compositions de ce The Human Concern Part I, qui devraient faire un carton en concert. Difficile cependant de dégager un titre en particulier tant ils envoient tous la purée avec la même intensité (l’agréable interlude éponyme excepté) et la même qualité. A défaut d’être très originales, toutes les chansons réservent leur lot de rythmiques jouissives supportées par une technique irréprochable aussi bien au niveau des musiciens que de la production, organique et parfaitement calibrée. La formation ne trouvera donc qu’assez peu de chose à se reprocher sur cet EP même si certains risquent toutefois de moins apprécier les quelques passages où le chant clair de Yannock (assez proche de celui de Jacob Bannon) est à l’honneur. Qu’on se rassure, il s’agit du seul léger reproche à lui faire, d’autant plus que son chant hurlé est quant à lui vraiment bon.


Un concentré de punch, voilà comment on pourrait résumer cet EP de Dwail qui aura pour principal défaut de filer un peu trop vite. Ces quelques chansons auront néanmoins réussi à nous convaincre que la Klonosphère ne s’y est pas trompée en faisant signer les Toulousains qui promettent d’ores et déjà de tout donner en live. Les amateurs de The Dillinger Escape Plan, de Converge et plus généralement de hardcore un tant soit peu burné devraient largement trouver leur compte dans cette nouvelle production made in France de qualité, tout ça en attendant le second acte.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4