6031

CHRONIQUE PAR ...

98
Tabris
Cette chronique a été mise en ligne le 09 juin 2013
Sa note : 14/20

LINE UP

-Alen Ljubic
(chant)

-Björn Daigger
(guitare)

-Jossi Lenk
(guitare)

-Basti Moser
(basse)

-Danny Joe
(batterie)

TRACKLIST

1) Overcome
2) Burning Gasoline
3) The Distance
4) Blown Away and Gone
5) More and More
6)  No Easy Way Out
7) The Bitter Place
8) Long Time Gone
9) We Do Belong
10) Your Sorrow Inside Me
11) Hand in Blood
12) Living with my Tender Pain

DISCOGRAPHIE

The Distance (2013)

Gloomball - The Distance
(2013) - rock métal alternatif - modern rock - Label : SPV



Quand on vient de Mannheim, le choix est ouvert. Soit on opte pour le « motif Mannheim », dans la veine de la symphonie n° 40 en sol mineur de Mozart, soit on table sur l’hybride (et oui, encore un cliché  de l’industrie automobile outre Rhin, ah Benz !). C’est bien ce dernier paramètre que le groupe Gloomball a choisi d’appliquer à son orientation musicale pour s’inscrire dans le paysage du métal alternatif.
 
Le style recherché par les nouveaux venus est en effet un melting pot d’influences allant du rock au death metal. Le groupe lui même assure n’avoir aucun tabou stylistique. Et ce qui au départ n’était qu’un projet d’album studio a évolué vers quelque chose de franchement dynamique, taillé pour le live. Mais est-ce suffisant pour s’imposer sur une scène déjà très riche et très prisée ?
D’emblée, force est de constater qu’il y a, en tout cas, de l’idée et un travail soigné derrière cet album. Avec l’introductif "Overcome", on entre de plain-pied dans ce mélange des genres et ce n’est pas sans rappeler à la mémoire de votre dévouée chroniqueuse, la manière d’un Volbeat. Un timbre de voix grave qui fleure bon l’influence rock américaine, mais en même temps une instrumentation toute propre à notre vieux continent : le ton est donné.
Une énergie à toute épreuve, une rythmique intransigeante et des riffs lourds nous sont tour à tour servis dans un "Burning Gasoline" ou encore dans un "Long Time Gone". Une accointance avec le death et le heavy se ressentira d’avantage sur un "Blown Away and Gone", tandis qu’une power balade telle que "The Distance" apportera une touche bienvenue de profondeur par son caractère plus mélodique et personnel, tout comme l’excellent "Bitter Place". On appréciera encore la reprise musclée, teintée hard rock, de la BO de Rocky IV, "No Easy Way Out".

Malgré d’indéniables qualités, j’entends par là talent et dynamisme, il manque encore une touche d’originalité au groupe pour faire véritablement décoller l’ensemble. On regrettera au final que l’écoute de l’album finisse par induire une certaine langueur car en effet, il n’y a rien d’innovant ..... pour l’instant. Mais gageons que c’est là leur premier jet et que ce jeune groupe enthousiaste a les cartes en mains pour nous surprendre à l’avenir..



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5