6019

CHRONIQUE PAR ...

99
Droom
Cette chronique a été mise en ligne le 08 juin 2013
Sa note : 14/20

LINE UP

-Havill 
(tout)

TRACKLIST

1) Us & Them
2) Breathing Smoke
3) Fairytale
4) Nowhere To Run
5) Kill Them All
6) Gateway
7) Better The Devil You Know...
8) The End
9) Pressure
10) There, There
11) May Cause Death
12) Ghosts Everywhere
13) Us & Them
14) Wandering Star

DISCOGRAPHIE

Us & Them (2013)

Deth Rok - Us & Them
(2013) - gothique indus ambient dark metal trip-hop sombre et expérimental - Label : 13th Planet Records



Souviens-toi l'été dernier... un repas entre amis pour célébrer ton nouveau job - gardien de nuit. Une pendaison de crémaillère et ton installation dans cette nouvelle ville, un peu perdue, mais promesse d'une vie enfin stable. Le soleil et l'alcool, la musique et les potes. Puis la dégringolade progressive vers... vers quoi ? D'abord le décès de ton meilleur ami. Un bête accident de voiture, la nuit sur une route paumée. Calcinés, le corps et la voiture. On ne sait toujours pas comment est arrivé l'incident. La dépression qui s'en suit et les soucis financiers dans la foulée. L'alcool devient de moins en moins festif. La maison se révèle un taudis. Enfin, il y a peu, la cerise sur la gâteau : ce colis dans la boite aux lettres...

Us & Them, Deth Rok. Qu'est-ce que c'est que ça encore ? Un énième marabout qui te propose ses services ? Non. C'est un disque. Tiens, ça existe encore, ça  ? Tu souris et, curieux, installe l'objet dans la platine (qui était encore dans le carton de déménagement). Dès les premiers instants, tu te demandes à quoi rime tout cela. Comme si tu n'allais pas déjà assez mal comme ça, il faut en plus que tes enceintes se mettent à suinter la peur. Tu hésites : de l'ambient... hum non, attendez, de l'indus. Pas assez violent pour ça, et guitares et batteries sont absentes. Le rythme est lancinant et tangue dans l'obscurité. Un peu comme quand tu bois trop. Tous les jours, en fait. Du trip-hop... oui, voilà. Le disque est un ersatz de trip-hop. Un Mezzanine coupé au gothique, un Portishead noir (d'ailleurs, ce "Wandering Star" en fin de disque te rappelle quelque chose... une reprise) aux relents de Marilyn Manson version Portrait of an American Familly. Il y a du NIN là-dessous. Un peu, mais il y en a. Sous le NIN, un flow de Snoop Dogg (sic) - mâtiné de bidouillages en tous genres - est entrevu. Tout cela t'obsède... Tu cherches quelques informations sur le net : rien ou si peu. C'est à grand peine que tu découvre que cette musique est créée sous le regard bien/malveillant d'Al Jourgensen de Minitry, aux studios de Ministry. Ceci explique cela. En revanche, tu n'as pas la moindre idée de ce qui a amené ce disque jusqu'à toi... une énième emmerde. 
Le temps s'écoule et la situation ne s'améliore pas : vie familiale et affective inexistante, travail plat, situation financière sur le déclin, santé qui s'effrite... et toujours cette musique, toile de fond de ton malheur. Cette musique qui réveille tes peurs d'enfants : le monstre sous le placard, la ville de nuit, papa qui rentre à la maison... La voix, jamais chantée, toujours parlée, linéaire au possible (force ou faiblesse ? Hum... dépend des jours...) qui s'infiltre en toi y distille un poison lent. Une tension qui ne te quitte pas et t'empêche de dormir. Les beats électroniques malsains tournent en boucle dans ta piaule. « May Cause Death », parait-il. Tu aimerais faire cesser ces mélodies simples et effrayantes mais l'agression n'est pas frontale : elle est sournoise. La fête foraine que tu aimais tant, les effets secondaires de médecines miracles, l'homme au coin de la rue, les hallucinations dues à tes premières drogues... tous les souvenirs étranges de ta vie semblent avoir été compilés et mis en musique. Et toujours, cet ambient lancinant, reposant et noir. Attirant et dangereux. Tu repenses à ton job : pas mis les pieds depuis 2 semaines. Des vacances ? Même pas. Tu t'en fiches. Deth Rok te happe... Alice au pays des merveilles. Tu parles ! Ta maison est enfumée et devient le lieu d'un contre-conte de fée. Mais tu aimes ça (tu aimes ça ?). Qui t'as envoyé ce cadeau ? Et si ton ami n'avait jamais eu d'accident ? Et si... et si tout ce qui t'arrive était prévu depuis le départ ?


Deth Rok a gagné. Les mélodies obscures et enfantines réveillent en toi une peur instinctive, une tension permanente. Tu n'as plus rien à perdre et te laisse envahir par ce trip-hop obscur, nihiliste et si étrange. Le propos est linéaire et t'hypnotise. Les paroles récitées comme des litanies se sont infiltrées en toi. Tu te demandes si les choses ont encore un sens... puis estime que non, et relance la machine. Cette nuit, tu as écouté Us & Them. Bizarrement, ça va mieux. Tu t'es habitué à ces sons, si décalés du monde réel.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6