6004

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 28 mai 2013
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Niklas Keim 
(chant) 

-Tobias Pfahl 
(guitare) 

-Christian Sommerfeld 
(guitare) 

-Björn Böhm
(basse) 

-Peter Suppinger 
(batterie)

TRACKLIST

1) Blood of Enemies
2) Eyes of Anarchy
3) Nothing Shall Remain
4) One Moment of Hate
5) An Oncoming Storm
6) Mind Conspiracy
7) In the Absence of your God
8) We Rise
9) The Final Chapter
10) Slave to the Greed Machine
11) Reborn from Darkness
12) The Architect of Immortality

DISCOGRAPHIE


Circle Of Silence - The Rise of Resistance
(2013) - heavy metal power allemand - Label : Massacre



Quand on sort une belle perf', le plus difficile, c'est toujours de confirmer. Prenez les tennismen français qui ont gagné en grand chelem en juniors par exemple : il y a ceux qui auront fait une belle carrière (Tsonga), quand bien même on en attendait encore plus (Gasquet, Monfils), ceux qui auront mené une carrière honnête (Chardy, Matthieu)… et puis les autres, qui sont restés de parfaits inconnus : Clément Morel, Julien Jeanpierre, Alexandre Sidorenko… Dans quelle catégorie se situe Circle of Silence, qui avait mis un sacré coup d'accélérateur avec The Blackened Halo ?

Disons-le franchement, la première écoute nous laisse sur notre faim et laisse craindre une bonne dégringolade dans la hiérarchie. The Blackened Halo disposait de pas mal de morceaux avec des refrains qui vous explosaient directement à la tronche grâce à des lignes de chant redoutablement efficaces ; c'est déjà nettement moins le cas ici puisque les refrains sont plus bavards, le groupe ayant choisi de raconter une histoire à travers cet album. Du coup, hormis le mastoc "In the Absence of Your God", peu de refrains se retiennent immédiatement. Autre point qui joue contre The Rise of Resistance au premier contact : sa grande homogénéité. La facette metalcore présente sur la fin de The Blackened Halo a complètement disparu, puisque Circle of Silence a décidé de se recentrer sur son style de base, à savoir le power / heavy dans la plus grande tradition allemande. L'album se présente donc comme un gros bloc dans la veine d'un Brainstorm avec une petite touche thrashy à la Iced Earth, duquel rien ne se détache à première vue.
Mais au fil des écoutes, on est de plus en plus séduit par la qualité générale de l'album. Si aucun titre ne ressort vraiment du lot, tous ont leur intérêt, hormis une ou deux exceptions qui ne contiennent pas grand-chose de marquant ("Slaves to the Greed Machine" notamment). Les refrains ont beau ne pas être des hymnes en puissance, ils n'en demeurent pas moins de très bonne qualité ("Blood of Enemies", "Eyes of Anarchy" et j'en passe). Autre gros point fort, des interventions lead généralement très bien senties, avec un sens du phrasé affirmé, qui apportent un vrai plus aux morceaux. Bien que le style, tout en muscles et en agressivité, varie peu d'un titre à l'autre, Circle of Silence parvient à développer certaines nuances de temps en temps, comme sur la martiale "Nothing Shall Remain" ou l'épique "We Rise". On encouragera aussi les Allemands à creuser l'influence Iced Earth qui fait mouche à chaque fois ("The Oncoming Storm", "The Final Chapter" et le terrible break de "The Architect of Immortality", qui tranche avec le reste du morceau).


The Rise of Resistance n'est sans doute pas l'album qui va propulser Circle of Silence dans les hautes sphères du power metal (il serait d'ailleurs étonnant que cela arrive un jour), mais il est suffisamment costaud pour placer le groupe parmi les formations à suivre. Moins immédiat que The Blackened Halo, The Rise of Resistance n'en reste pas moins un bon album de power metal à l'allemande. Si le prochain est fait du même bois, avec des solos de même niveau, on pourra presque parler de valeur sure !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6