5947

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 28 avril 2013
Sa note : 13/20

LINE UP

-Johnny Crowder
(chant)
 
-Austin Good
(guitare)

-Neal Minor
(guitare)
 
-Austin Chandler
(basse)

-Bryson St. Angelo
(batterie)

TRACKLIST

1) The Sheperd's Staff
2) Imperfect Contrition
3) Hounds
4) The Scales Of Justice
5) Cursed
6) Forfeit I - The Crooked Quill
7) Forfeit II - Worn Thin
8) The Tree Of New Life
9) Carcass
10) Testament
11) In Tongues

DISCOGRAPHIE

In Tongues (2013)

Dark Sermon - In Tongues
(2013) - death metal - Label : Nuclear Blast



Dans le death-metal, je suis plutôt partisan de tout ce qui est mélodique. Ainsi, l’apparition de claviers est souvent une bonne nouvelle pour moi et j’aime qu’un peu d’émotion vienne ponctuer la violence inhérente au style. Autant dire que Dark Sermon n’a que faire de mes aspirations... Pratiquant un death-metal classique et sombre, le groupe floridien ne fait pas dans la dentelle. Et si le titre de leur album, In Tongues, peut prêter à sourire pour l’auditeur français, il sait faire preuve de qualité.

Dark Sermon vient clairement pour déterrer la hache de guerre. Violence et agressivité sont de sortie et les âmes sensibles n’ont qu’à s’abstenir. L’opener "The Sheperd’s Staff" démarre (évidemment) sur un bon blast-beat des familles et le morceau ne perdra pas beaucoup en intensité. On est tout de suite heureux d’entendre la voix puissante de Johnny Crowder. Il assure sacrément avec un growl du plus bel effet. Les morceaux suivants font la part belle à la double pédale, mais globalement les morceaux respirent un peu plus. Certaines guitares sont plus enlevées mais elles restent en retrait. Les parties lead sont rares et les rythmiques restent souvent cantonnées aux fréquences basses. En effet, le mix met vraiment en valeur le chant et la batterie, ce qui au bout d’un moment finit par lasser quelque peu. Certes, le batteur fait le taf mais on aimerait mieux entendre les riffs techniques balancés par le groupe. Et finalement, ils sont tellement en retrait que ça nous empêche de pleinement profiter de la musique du groupe. C’est finalement dans les soli que l’on respire un peu, les guitares étant enfin mises en avant. Les soli sont simples, courts et mélodiques. Cela contraste avec l’aspect technique de l’ensemble et aère aussi un peu l’esprit de l’auditeur.
Sous ses dehors classiques, la musique de ce In Tongues se révèle plus complexe qu’elle n’y paraît. Ainsi, "Imperfect Contrition" se termine sur un break que l’on ne voit pas venir et les structures de l’ensemble ne sont pas simplistes. Mais c’est clairement "The Scales of Justice" qui apporte un vrai plus à l’album. Possédant une atmosphère différente et sortant des clichés du death-metal, ce morceau permet à l’auditeur de souffler un peu devant l’avalanche de mitraillettes lancées à toute vapeur. Les guitares étant noyées dans l’ensemble, on a parfois une impression de répétition assez désagréable. L’ensemble manque un peu de subtilité et de moments un peu originaux pour séduire pleinement. Finalement, on prend la déferlante et l’on apprécie l’ensemble, mais on n’a pas forcément envie d’y retourner immédiatement. C’est là que Dark Sermon pêche un peu.


J’ai une sensation désagréable à l’écoute de ce In Tongues. L’ensemble est de qualité, mais je trouve que le mixage rend l’ensemble un peu pénible par moment. Résultat : je n'arrive pas à être vraiment emballé. Cependant, si vous aimez le death-metal classique et rentre-dedans, il serait dommage de passer à côté.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3