5946

CHRONIQUE PAR ...

99
Droom
Cette chronique a été mise en ligne le 03 mai 2013
Sa note : 4/20

LINE UP

-Wes Borland et ses potes de boissons
(tout.. donc pas grand chose en définitive)

TRACKLIST

1) Forkboy (Lard)
2) So Alive (Love And Rockets)
3) Hungry Like The Wolf (Duran Duran)
4) Lucretia My Reflection (The Sisters of Mercy)
5) Rid of Me (PJ Harvey)
6) The Art of Selft Defense (Jesus Lizard)
7) On The Bound (Fionna Apple)
8) I Am The Sun (Swans)
9) Blood Red Head On Fire (Big Dumb Face)
10) Search And Destroy (The Stooges)

DISCOGRAPHIE


Black Light Burns - Cover Your Heart
(2009) - rock punk barré album de reprises - Label : I Am: Wolfpack



Dans plein de domaines, l'important est de prendre le problème par le bon bout. En mathématiques, on commence par se demander si les droites sont parallèles. Ce n'est qu'ensuite qu'on s'attaque au cœur du bazar. En droit, même chose. On commence par définir les notions, regarder le texte, ses conditions d'applicabilité... Bref, en toute matière une logique s'impose si l'on veut réussir son affaire. A ce titre, Cover Your Heart est une double anomalie. D'une part, il s'agit d'un album de reprises, idée étrange en tant que seconde sortie d'un jeune groupe. D'autre part, il faut absolument lui préférer le véritable album des débuts, Cruel Melody. Pourquoi ? Oh la la... tout un tas de raisons. Disons que Cover Your Heart n'est vraiment pas le bon bout du problème. Il n'est pas logique.

Vous voyez la pochette (en haut à gauche, pour les moins malins de la bande - pas toi, bien sûr, car toi, tu es notre chouchou !) ? Elle est plutôt jolie, colorée, tout ça... mais surtout, elle part dans tous les sens. A l'image de l'album qui, ne serait-ce que dans le choix des reprises, se veut étonnant. Jugez plutôt : Duran Duran, PJ Harvey, The Sisters of Mercy, The Stooges, Fionna Apple... entre autres. Remarquez, on retrouve bien là la sympathique absence de limites qui caractérise Wes Borland (Limp Bizkit, Big Dumb Face), initiateur du projet. Mais la première déception pointe bien vite le bout de son nez mal mouché. Car malgré l'extrême variété des formations reprises, Cover Your Heart semble tout fondre dans un creuset unique. Quasiment tous les morceaux tendent à se ressembler ! Borland leur applique sensiblement le même traitement à chacun et, si l'on constate avec plaisir une appropriation personnelle de chaque piste et non de simples reprises sans âmes, le résultat est plutôt décevant. La production cradingue, très garage, n'aidant pas vraiment à changer la donne (bonjour la batterie-casserole, ça roule ?). Mais ne boudons pas non plus notre plaisir : certaines pistes sortent du lot. C'est le cas de "Hungry Like The Wolf" (dont le chant est plutôt agréable) ou de "Lucretia My Reflection", très fidèle au charme gothique de l'originale et, pour le coup, très réussie. Quant au reste...
Quant au reste, ce n'est pas la joie. Mais avant de taper, répétons deux choses: 1) Cruel Melody était un très bon album 2) la démarche de Cover Your Heart nous est - malgré tout - agréable. Seulement, ces deux considérations ne parviendront sûrement pas à ôter le sourire-un-peu-déstabilisé-et-tordu-et-gêné-et-zut qui s'inscrira sur votre visage dès la double entame "Forkboy" / "So Alive". Les morceaux sont bardés d'énergie, fort bien, mais que de confusion ! Que de n'importe quoi ! Du fun, assurément. De l’intérêt, nettement moins. Même constat pour la suite. "Rid of Me" agace : la faute au chant, presque volontairement amateur. Même chose sur "The Art of Self Defense" de Jesus Lizard, tout foufou mais surtout tout... naze. Où est passé le rock alternativo-indus de Cruel Melody ? Où sont passés les effets attachants ? Les pistes plus planantes ? Le chant ? Le jeu ? Mince... tout s'est envolé. Black Light Burns semble être retourné de la scène à son garage, entre potes : bière, foot et allez zou. Eh mince ! Je ne sais pas ce qui ennuie le plus au final : la déception provoquée ou la musique en elle-même. "On The Bound" ... ouais. OK. Encore ce groupe d'amateurs qui joue dans le garage du voisin. On passe. Et que dire de "Blood Red Head On Fire", où Borland s'auto-cite pour un résultat des plus chaotiques très, très loin de Cruel Melody. A la limite, tout ce bazar est plus proche du punk que d'autre chose. Sauf que pas de bol, ce n'est pas ce que l'on attend de Black Light Burns. 


Cover Your Heart est une arnaque. Ce n'est pas un disque sérieux : c'est un projet de potes au retour d'une tournée. Au mieux, Cover Your Heart aurait dû être un EP : "Hungry Like The Wolf", "Lucretia My Reflection" (qui vaut le coup de cidre, elle) et ... euh, disons, le disque bonus Anvil Pants (chronique ici). C'est tout. Pas plus. Pitié. Avec 14€, qu'aurais-je pu m'acheter d'autre ? Un restau... ouais, ç'aurait été bien, un restau... J'y penserai devant mes pâtes (non fraîches) de ce soir.  


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5