593

CHRONIQUE PAR ...

34
Yannoch
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 11/20

LINE UP

-Jean-Benoît Dunckel
(tout)

-Nicolas Godin
(tout)

+ guests

TRACKLIST

1)La femme d'argent
2)Sexy Boy
3)All I Need
4)Kelly Watch The Stars
5)Talisman
6)Remember
7)You Make It Easy
8)Ce matin-là
9)New Star In The Sky
10)Le voyage de Penelope

DISCOGRAPHIE


Air - Moon Safari
(1998) - pop electro - Label : Astralwerks



Le lycée n’est-il pas le lieu de nos plus belles rencontres ? « Sans doute ! » vous répondraient Jean-Benoît Dunckel et Nicolas Godin. Ces deux-là se rencontrent au lycée, et de par leur passion commune, fondent un groupe : Orange, qui rassemble à l’époque : Etienne De Crecy et Alex Gopher. L’équipe sort quelques titres dans le milieu des années 80, qui n’auront pas le succès escompté, si bien que la petite bande décide de mettre (plus ou moins, cela reste assez flou) un terme à l’aventure. Seulement… en 1995 les deux copains de lycée se relancent dans un nouveau projet : AIR.

Quel nom bien choisi ! Les productions léchées de ce groupe et leur coté « aérien » collent parfaitement avec l’appellation donnée par nos petits français. Les deux maxis Cazanova et Modulor respectivement sortis en 1995 et 1996 sont les précurseurs d’un style electro-pop bien particulier et facilement reconnaissable appelé la French Touch ! Après Le Soleil Est Près De Moi maxi paru en 97, AIR s’envole définitivement… Moon Safari, premier album et déjà de remarquables pistes instrumentales très travaillées : "La Femme D’argent", "Talisman", "Ce Matin-Là" et "Le Voyage De Pénélope". Ici, pas ou peu de tristesse, mais de l’émerveillement… Les mélodies vous mettent de bonne humeur et vous apaisent définitivement, nous avons parfois l’impression de prendre un nouveau départ avec un levé de soleil qui se dessine à l’horizon dans "Ce Matin-Là"… quelle saveur !

Parmi ces diverses pistes, se dissimulent d’agréables synthés, quelques notes d’un piano relaxé, et le son d’un saxo radieux... le bruit de la pluie est même perceptible sur "La Femme D’Argent" comme pour accentuer l’ambiance onirique qui domine… une balade la tête dans les nuages !! Une petite guitare acoustique nous rend visite sur "Le Voyage De Pénélope", résolument trop court, alors que les cordes affirment leur harmonie sur "Talisman". Voici donc des morceaux paisibles et vecteurs de nombreuses images. L’album s’est fait remarqué grâce aux tubes "Sexy Boy", ou nous trouvons Beth Hirsch au chant, et dans une moindre mesure "Kelly Watch The Star" ou cette fois-ci la voix est travaillée au vocoder. Le vocoder étant un synthétiseur vocal, capable de produire des sons qui ressemble plus ou moins à la voix humaine… le vocodeur va donc compresser les signaux émis par la voix afin d’obtenir à terme un ensemble de sonorités électronique… le morceau "Remember" en est le parfait exemple !

Ces trois pistes (deux, quatre et six) nous créditent d’un son pop qui lasse, malheureusement, assez rapidement… Néanmoins, il n’y a rien d’étonnant à ce que celles-ci « accrochent » le grand public dans un premier temps, car ces tracks sont travaillées dans le but de toucher un maximum d’auditeurs, il faut donc produire quelque chose d’agréable, simple, et qui se laisse écouter facilement (= Easy Listening). La différence se situe là… En effet, une piste instrumentale et complexe possède ce petit mystère qui nous rend accro, la conception diffère et provoque une stimulation toute particulière car précise et intense ; elle sollicite en nous un point sensible qui n’a sans doute pas l’habitude d’être bousculé de cette manière là… Question de perception et de sensibilité ! A chacun d’analyser.

Si après l’écoute de ces morceaux vous n’êtes pas entièrement satisfaits, faites un petit détour sur "All I Need" et "You Make It Easy"… Une voix reposante s’attache à nous faire perdre toute notion du temps et la guitare acoustique nous entraîne progressivement vers un état semi-létargique responsable d’un relâchement musculaire complet !! Pour leur premier album, le duo d'Air a réussit à créer une musique agréable qui se laisse écouter… Ce groupe a logiquement acquis un nom au sein de la scène electronique internationale : le Royaume-Uni, entre autre, ayant fortement apprécié leurs productions electro pop.


Néanmoins, si les pistes purement instrumentales forcent, en effet, le respect de par leur profondeur, des plages telles que "Sexy Boy" ou "Remember" nous apparaissent plus banales et se noient rapidement dans la masse des tubes pop commerciaux. Ces « hits » ont rendu Air célèbre, mais sont sans nul doute les moins intéressants de album… dommage ! Heureusement, les quelques mélodies abstraites (toujours elles…) comblent le vide et redonne une part de mystère à une production qui manque un peu d’éclat… en attendant la suite…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7