5926

CHRONIQUE PAR ...

99
Droom
Cette chronique a été mise en ligne le 22 avril 2013
Sa note : 13/20

LINE UP

-Chris Dyck
(chant+guitare)

-Kenneth Paul Cook
(chant+guitare)

-Aaron Gustasfon
(basse)

-Mike Hannay
(batterie)

TRACKLIST

1) Raise The Sun
2) Overthrone
3) Falling In Line
4) The Longest River
5) One Foot In The Light
6) Giants
7) Faith And Oath
8) Flood And Fire
9) For Lisa

DISCOGRAPHIE

Heart of Oak (2013)

Anciients - Heart of Oak
(2013) - stoner vs. Mastodon - Label : Season Of Mist



Anciients  intrigue dès le départ avec cet artwork, sorte de croisement entre Mysterio et Panoramix. Et le premier passage dans le lecteur ne déçoit pas car cette musique est à l'image de sa pochette : peu commune. Pourtant, il n'est pas impossible de la classer, de la tripatouiller et de lui coller des étiquettes. J'aime bien faire ça. Les étiquettes c'est mon truc. Pour le coup, Anciients navigue entre du stoner, des plans plus prog' et, surtout, une très forte influence Mastodonienne. A vos barbes, à vos bulbo-casques, à vos serpes d'or : Heart of Oak déboule. 

Donc quoi ? Voilà, tout serait résumé en trois étiquettes ? Eh bien... un peu. Mais reprenons les choses dans l'ordre et commençons notre affaire par le truc inévitable : Mastodon. Il est clair que le vocaliste du combo canadien s'est inspiré des lignes de chant des Américains, pourtant déjà peu communes. Dès le premier morceau, - "Raise The Sun", l'un des meilleurs- les similitudes sont frappantes. Lorsque le chant ne tire pas vers le black ou le très éraillé, de ce timbre chaud et inhabituel se dégage un semblant de je-m'en-foutisme et de détachement. Sentiment de « coolitude » générale qui se retrouvera également dans l'instrumentation, comme sur l'instrumental "For Lisa", bluesy au possible et que l'on imagine avoir été écrit après quelques cigarettes magiques. Mais le rapprochement avec Mastodon ne s'arrête pas là car les parties les plus costauds sont également très proches de ce que l'on trouvait déjà sur Blood Mountain ou Crack The Skye. Plutôt techniques et entraînants, les riffs sont majoritairement composés d'arpèges donnant l'impression de tourbillonner, de monter, descendre, remonter... Le petit tournis progressivo-technique que l'on entend sur une piste comme "Falling In Line" ravira nécessairement les amateurs du combo d'Atlanta. D'autres points de convergences pourraient être développés (soli, section rythmique, structure des morceaux...) mais il suffira de retenir que si vous aimez le Mastodon post-Leviathan, vous risquez d'aimer ce Heart of Oak, tout simplement.
Je suis néanmoins certains que ces messieurs d'Anciients en ont franchement marre d'être rattachés à la scène d'Atlanta. Pour être franc, il faut encore admettre que la musique d'Heart of Oak n'est pas dénuée d'une personnalité propre. Celle-ci se découvre notamment dans les aspects les plus stoner de la musique. Car au fond, Anciients reste dans le sable, dans l'alcool et dans les clubs de nuit bordant une highway poussiéreuse. Pour preuve, les riffs plus traditionnels déboulent comme il faut, parfois de manière pas si éloignée de ce que produirait un heavy doom accéléré (on pense notamment à Argus), parfois de manière moins commune, à l'aide de mesures inhabituelles, de cassures, d'interruptions guitaristiques de roulements impromptus. Bref, si la musique de base reste effectivement un stoner, c'est d'un stoner technique dont il s'agit. Quelque part entre Kyuss, Baroness et Mastodon se trouve Anciients, qui parvient à se caser avec intelligence au milieu de tout ce beau monde. Et c'est là que survient le reproche. A trop se situer entre tous ces camps, Anciient est un peu stérile. Trop technique pour être direct, trop direct pour être prog', trop proche de ses influences pour éviter la comparaison mais pourtant doté d'une personnalité qui ne demande qu'à éclore davantage encore, Anciient assure certes un bon album, mais rien qui ne laisse une trace impérissable.  Reste que ce jugement n'est qu'un avis et qu'Heart of the Oak, objectivement, vaut le coup. 


Pas mal du tout, cet album. Un peu à cheval entre ses différentes influences, Anciients gagne néanmoins sa place au sein des combos à suivre d'un oeil attentif. Heart of Oak s'avère finalement être un album d'été, sympathique, agréable et totalement maîtrisé, mais pas essentiel aux oreilles de votre serviteur. Nul doute cependant qu'il saura trouver son public. 


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5