5922

CHRONIQUE PAR ...

95
Wrathchild
Cette chronique a été mise en ligne le 30 avril 2013
Sa note : 16.5/20

LINE UP

-Biff Byford
(chant)

-Paul Quinn
(guitare)

-Doug Scarrat
(guitare)

-Nibbs Carter
(basse)  

- Nigel Glockler
(batterie)

TRACKLIST

CD1
1) Procession
2) Sacrifice
3) Made In Belfast
4) Warriors Of The Road
5) Guardians Of The Tomb
6) Stand Up And Fight
7) Walking The Steel
8) Night Of The Wolf
9) Wheels Of Terror
10) Standing In A Queue

CD2
1) Crusader (Orchestrated Version)
2) Just Let Me Rock (Re-Recorded Version)
3) Requiem (Acoustic)
4) Frozen Rainbow (Acoustic)
5) Forever Free (Re-Recorded Version)

DISCOGRAPHIE


Saxon - Sacrifice
(2013) - heavy metal - Label : UDR



Les deux dernières années furent intenses pour Saxon. Depuis la sortie de Call To Arms en 2011 - album qui fut applaudi par la presse et les fans - ce furent tournée après tournée pour ces infatigables britons, le tout couronné par la sortie d'un DVD retraçant leur histoire ainsi qu'une compilation de leurs passages à Wacken. Maintenant vient la tâche d'accoucher d'un digne successeur à un album qui avait réussi à revigorer le groupe en le plaçant tout en haut du piédestal métallique.

Sentirent-ils la pression? Ont-ils abordé le virage de l'album suivant en se disant que le prédécesseur fut tellement bon qu'il va falloir remonter les manches? Pas sûr. Mais ce que l'on sait, c'est que Biff a demandé à son équipe de faire dans le dur et le vrai, en sortant quelque chose de puissant puisque cet album est le vingtième de leur carrière. Une première écoute et on peut dire tout de suite que les membres du groupe ont bien compris l'attente de leur chanteur. En confiant le mixage à Andy Sneap, ils se sont également assurés d'avoir un son gigantesque. L'album est assurément beaucoup plus metal que son prédécesseur. Le premier extrait, "Sacrifice" est un morceau très puissant dont le riff vicieux est quelque peu une anomalie pour Saxon. Un titre intense qui n'est pas sans rappeler ce que fait Halford et qui vous fout une sacrée claque!
Belle entrée en matière. Et cette intensité dans la musique ne s'affaiblit pas - ou peu - tout au long des neuf titres, le premier étant une intro très B.O.F. style Indiana Jones. On enchaîne avec "Made In Belfast" où la ligne de chant rappelle ce que faisait Rob sur le premier album de Fight, avec la rythmique immitant les coups de marteau sur le métal. Le premier tiers se termine avec "Warriors Of The Road" où Saxon enfonce le clou et nous pond une pure joie de speed - digne de son sujet qui est la F1 - et qui fait passer un titre comme "Afterburner" sur l'album précédent comme un essai peu réussi. Non, ici, c'est bien un titre à la structure parfaite qu'ils ont concocté. Tout est à couper le souffle, y compris le solo.
"Guardians Of The Tomb" possèe un certain riff classique très Saxon alors que "Night Of The Wolf" ralentit la cadence et nous donne un titre où les riffs se font plus oppressants. Une chose dont chacun se rendra compte, c'est que sur ce Sacrifice, Saxon a laissé de côté les boogies et autres titres plus rock'n'roll qui faisaient tant partie de leur héritage. Seulement deux morceaux viennent s'ancrer dans leur tradition heavy rock, et ce sont "Stand Up And Fight" - qui se voit s'adjuger le vote de refrain le plus accrocheur - dans un style fortement couillu et le dernier titre de l'album, "Standing In A Queue". Viennent s'y ajouter quelques passages mélodiques, presque folkloriques, qui donnent une certaine chaleur aux morceaux. Mandoline pour "Made In Belfast" pendant l'intro et tout au long du morceau ou encore touches asiatiques sur "Guardians Of The Tomb".
Quant aux textes, Biff est resté dans ses champs de prédilection. A comprendre les faits historiques et les faits liés à la vie des ouvriers. Nous avons donc droit aux récits des travailleurs irlandais sur des chantiers navals dont est sorti entre autres le Titanic - non mentionné ici - ou bien ceux qui reconstruisent les tours jumelles à New-York sur "Walking The Steel". Très col bleu donc. Tout comme sur "Stand Up And Fight" où Tonton Biff donne des conseils pour réussir à percer dans le rock'n'roll. Côté plus historique, tanks ou bien sacrifices humains en Amérique du Sud. Seul vrai bémol, le dernier morceau où les tribulations de Biff en ligne d'attente sonnent faux en comparaison avec la majorité des fans qui aimeraient bien patienter dans des aéroports - cela voudrait dire qu'ils voyagent!
Cet album est dispo dans une pléthore de versions. Celle qui est ici comprend un deuxième CD avec diverses versions d'anciens titres du groupe. "Crusader" se voit quelque peu ré-orchestré et s'en sort pas trop mal, avoisinant la musique de film. On a aussi droit à des versions acoustiques - "Frozen Rainbow" est l'autre chanson qui vaut le coup - et actualisées. Rien de bien excitant ici. Ce packaging ne coûtait que deux dollars de plus, se priver n'avait pas beaucoup de sens. Mais au-delà d'un tel surcoût, l'auditeur aura tout fait de se contenter de la version simple CD. Un peu décevant donc. 


Ce Sacrifice est une pure bombe et avec cet album, Saxon va directement à la jugulaire! Bien plus métal que son prédécesseur, il ne manque pas d'atouts et ce malgré l'absence de ce heavy rock col bleu qu'on lui connaissait tant. Pour les amateurs de bons coups pieds au cul, réjouissez-vous de la qualité de la dernière galette de cette grande institution britannique. Ils vont me faire regretter qu'aucune autre de ces institutions ne nous offrent plus une telle palette de riffs!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1