591

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Alex Colin-Tocquaine
(guitare+chant)

-Joss Sarroche
(guitare)

-Joël Guigou
(basse)

-Romain Goulon
(batterie)

TRACKLIST

1)Deathreat
2)When Darkness
3)Nightmares Come By
4)Warrior Heart
5)Lust of the Flesh
6)Order of Chaos
7)Giant of Old
8)Transmutation
9)Desolation
10)Anger and Hate
11)Agressor (Hellhammer cover)

DISCOGRAPHIE

Deathreat (2006)

Agressor - Deathreat
(2006) - death metal - Label : Season Of Mist



Lorsque Deathreat, le nouvel album d'Agressor, fut annoncé comme un retour aux sources, avec plus de brutalité, on pouvait légitimement avoir quelques craintes, étant donné que la participation d'Alex Colin-Tocquaine à la reformation de Loudblast avait donné lieu à un album plus brutal lui aussi, le médiocre Planet Pandemonium. Avec Deathreat, c'est pourtant tout le contraire qui se produit, l'album est excellent, Agressor surprend une fois de plus son monde avec un parcours sans fautes.

À l'heure où la plupart des groupes de death de l'ancienne génération continuent de sortir à la chaîne des albums sans intérêt (leur âge d'or étant terminé depuis longtemps), Agressor a préféré prendre son temps et préparer un retour fracassant, avec des compos nickel de bout en bout. Deathreat bénéficie en plus d'une très bonne production, sans être exagérément surproduit et tout en respectant la tradition du death old school... en effet, à son écoute, rien ne semble avoir changé pour Agressor, on se croirait en 1992 ce qui rappellera forcément des bons souvenirs aux puristes. Six ans après Medieval Rites, on peut dire qu'Agressor a bouffé du lion et mis le turbo ; c'est leur album le plus rapide à ce jour. On ne retrouvera pas vraiment la diversité des Symposium Of Rebirth et Medieval Rites, cette alternance entre morceaux agressifs et orchestraux. Même Towards Beyond n'était pas aussi brutal que Deathreat, plutôt alambiqué et peut être plus proche du thrash.

Si Medieval Rites était assez réussi, avec un groupe arrivé à maturité, il faut bien avouer que les compos les plus speed manquaient un peu de punch ; ce défaut là a été corrigé, c'est le moins qu'on puisse dire. Deathreat n'est pas sans rappeler les titres speeds de Symposium Of Rebirth, sauf que la recette est appliquée sur tout l'album, ce qui donne un ensemble très compact, pas le temps de souffler ! Constructions proches de la perfection, riffs d'une technique exemplaire, plans chiadés, efficacité jamais prise à défaut, impossible pour un amateur de death metal classique d'être déçu par cette nouvelle livraison. Alex Colin-Tocquaine, en plus de son fidèle acolyte Joël Guigou à la basse, a toujours pris le soin de s'entourer de batteurs très pro, capables de suivre ce qu'il joue à la guitare. On peut noter aussi la participation d'Éric Forrest (E-Force, ex-Voivod) sur les paroles de "Order Of Chaos" et "Transmutation". Même si "When Darkness" démarre plus calmement et "Warrior Heart" contient quelques "chœurs" moyenâgeux (disons plutôt des effets reproduits par un clavier), les moments d'accalmie sont inexistants.


Seul le titre "Agressor" à la fin se distingue du reste par une construction plus simple, moins technique ; normal puisqu'il s'agit d'une reprise de Hellhammer. Agressor a bien réussi son retour, en espérant dès lors que cette bombe ne passe pas inaperçue et trouvera son public aussi facilement que les grands noms du death.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3