5898

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 03 avril 2013
Sa note : 8/20

LINE UP

-L-G Persson
(chant)

-Jacob Wennerqvist
(guitare)

-Marcus Backlund
(guitare)

-Henke Brannerydh
(basse)

-Martin Hjerpe
(batterie)


TRACKLIST

1) Release Me
2) Strength Of Valhalla
3) Dark Legacy
4) Uninvited Guest
5) Forever They Shall Kneel
6) God Of Gods
7) Upon Your Icy Throne
8) Sancto spirito
9) Break The Bounds
10) Sands Of Time
11) Battle Of Yggdrasil

DISCOGRAPHIE

Dark Legacy (2013)

The Storyteller - Dark Legacy
(2013) - speed metal speed-metal nordique - Label : Black Lodge



Je ne sais pas vous, mais quand je vois un groupe qui s’appelle The Storyteller, qui nomme son dernier album Dark Legacy, qui fait du speed metal, ça me fait furieusement penser à Rhapsody of Fire. En fait, pas du tout. Malgré leur nom, le groupe ne propose aucune narration. Cependant, les morceaux feront la part belle à la mythologie nordique. On retrouvera donc une influence à chercher du côté de Gamma Ray ou du premier Helloween. Exit donc les claviers pour des guitares rugueuses. Fini le chant maniéré, place à un chant d’homme qui sent bon la clope et l’alcool. Miam.

Plutôt rugueux dans leur musique, The Storyteller démarre sans intro par un opener nommé "Release Me". Et là, c’est la claque : le morceau est vraiment très moyen et la production complètement à la ramasse. Si le premier morceau, censé faire entrer l’auditeur de plain-pied dans l’album, est de ce niveau, que penser du reste ? Heureusement, "Strengh of Valhalla" rassure. L’enthousiasme du groupe est communicatif, le refrain prenant… C’est clairement le morceau le plus réussi de l’album. "Dark Legacy" accroche moins l’auditeur, "Ununvited Guest" se fait plus glauque, "Forever They Shall Kneel" est efficace et plutôt réussi. La qualité du groupe est clairement dans ses guitares qui assènent de nombreux riffs et leads. Même s’ils ne sont pas bien mémorables, il y a un vraiment effort  là-dessus. Hélas, les soli ne sont pas forcément au niveau. Encore une fois, faire du speed metal sans apporter d’originalité sonne vite cliché et on a un peu l’impression d’écouter un groupe générique, pas mauvais en soit, mais qui mouline par moment. Le côté plus rugueux (les claviers étant très rares, le chant râcle un peu par moment), permet au groupe de se positionner, mais ça reste léger. Et rapidement, l’auditeur s’ennuie ferme.
Le problème majeur de cet album reste avant tout sa production calamiteuse. J’ai écouté sur plusieurs types d’enceintes et de casques pour vérifier, mais le son est particulièrement mauvais. Au point que l’on peut se demander si tout cela n’est pas un choix. En effet, la batterie est sèche et cassante (le roulement d’intro de "Strengh of Valhalla" semble tiré d’un logiciel de composition musicale), les guitares manquent clairement de medium et sonnent terriblement creux. Quant à la basse, elle semble inexistante. Le tout manque donc sacrément de patate, ce qui pour le style est difficilement acceptable. Il faut ajouter à cela que les chœurs sont clairement assurés par les autres membres du groupe, un peu comme en live. C’est sympathique, certes, mais ça laisse l’auditeur sur sa faim… Résultat, le mixage met en retrait les guitares (qui sont l’atout du groupe) et écrase le tout. Le côté épique reste trop limité pour que l’album soit pleinement apprécié. C’est un peu cruel pour le groupe, mais il est très difficile d’apprécier ce Dark Legacy. En même temps, les morceaux ne sont pas assez au niveau pour nous permettre de passer cet écueil.


Avec une production calamiteuse qui frôle l’amateurisme, il est difficile de juger pleinement la musique du groupe. Il y a de bonnes idées, de bons passages, mais cela reste toutefois très classique dans le style. A oublier sauf si vous êtes fan de speed metal rugueux et sans claviers.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7