5869

CHRONIQUE PAR ...

99
Droom
Cette chronique a été mise en ligne le 03 avril 2013
Sa note : 11/20

LINE UP

-Biava
(chant)

-Diego
(guitare)

-Irvin
(guitare)

-Ricci
(basse)

-Aaron
(batterie)




TRACKLIST

1) Man God's Temple
2) Bloody Centuries
3) Confessor
4) Phoenix
5) Death Without War
6) Back In Time
7) Ten Lies
8) Mob
9) Not For Me
10) Death By War
11) Army

DISCOGRAPHIE

Last Century (2013)

Kruna - Last Century



Mon papa joue aux échecs. Et plutôt bien même. Du coup, quand je vois des damiers sur une pochette de disque (si si, ça arrive parfois, je vous laisse chercher), j'ai pris l'habitude d'être intrigué. Pas que l'association metal / échecs soit évidente mais tout de même, en cherchant, on finit par trouver quelques trucs. Le blanc et le noir, symboles du contraste si présent dans notre musique. Les cases, comme autant de genres musicaux dans lesquelles viennent se ranger les pièces que sont nos groupes favoris. Et puis le Roi, imperturbable, lent et beau comme le doom là où la reine, rapide et hystérique évoque le speed mélodique. Quoi ? Je ne vous convainc pas avec ma théorie ? Mince, j'allais justement arriver sur le parallèle entre Kruna et le cavalier, qui fait un bon en avant pour trois arrière. Zut. 

Hum. Alors celle-là, on ne me l'avait encore jamais faite. D'habitude -et vous en conviendrez- les albums ont plutôt tendance à s'affaisser sur la fin, les moins bons morceaux étant remisés aux dernières minutes. C'est notamment le cas lorsque l'énergie non-maitrisée des premiers morceaux s'échappe à grands flots et que, petit à petit, la machine ralentit jusqu'à épuisement total. Là, je ne dirais pas que Last Century, premier album des Italiens de Kruna , présente le cas inverse mais la courbe est néanmoins intéressante. Le mélodeath parfois teinté de metalcore, notamment en raison du chant, puissant mais très peu modulé et donc relativement lassant, des spaghettis frappe comme un bourrin débile dès le premier morceau. Sauf qu'il frappe à vide pour un résultat à l'intérêt finalement très limité. Et cela vaut pour les quatre premiers morceaux, dont on ne retient pas grand chose si ce n'est une impression d'épuisement. Et soundain arrive le messie : "Death Without War". Sans trop comprendre pourquoi ni comment, puisque la recette est a priori celle utilisée sur les premiers morceaux, la machine se met en branle Un surplus de mélodie, un refrain plus efficace, des soli qui s'invitent intelligemment dans la belle mécanique mise au point par Kruna... Bref, le mélodeath prend de la consistance au moment même où il arrête de bastonner en pilote automatique. L'écoute peut enfin commencer.
Sauf que voilà, la suite, jusqu'au bout, est à peu de chose près du même acabit. Avec toujours ces quelques qualités (à savoir, des riffs qui défouraillent correctement, typiquement dans un style mélodeath) et ces vilains défauts (un chant monocorde et une impression globale de vacuité malgré toute la puissance déployée). Histoire de, on peut tout de même relever "Death By War" comme étant à la fois plus lent et plus intéressant que ses collègues. En grossissant le trait, ce titre évoque avec plaisir le Dark Tranquility de Fiction
, dont Kruna a manifestement dû user le CD dans sa platine. Le groupe, d'une manière générale, termine son album d'une plus jolie façon qu'il ne l'avait débuté. Et cela se confirme avec "Armor", réhaussé d'un tapping aussi classique que bienvenu. Il était tant de confirmer, là, sur le dernier morceau. Bref, en une phrase comme en cent : Kruna est un bon groupe... de première partie. Efficace, certes ; appliqué, aussi ; mais terriblement générique. La musique passe et défoule à défaut de marquer un tant soit peu l'auditeur. Certains s'en contenteront. J'avoue que j'aurais aimé davantage.

Du potentiel, Kruna n'en manque pas. Reste à le déployer. Et pour ça, il faudrait arrêter de tabasser de manière gratuite pour passer à l'étape supérieure, celle où ce "petit quelque chose" qu'ont les grands se déclenche, "petit quelque chose" qui pointe parfois le bout de son nez sur Last Century. Trop rarement. Reste que les amateurs purs et durs de mélodeath peuvent donner sa chance au combo sans trop de craintes d'être brusqués. Pour les autres, Kruna sera encore un peu trop quelconque pour le moment et risquera de ne pas les satisfaire. Je conclurai en citant la neuvième piste: "Not For Me".


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5