5846

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 07 avril 2013
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Mona Beck
(chant)

-Pete Falk
(guitare)

-Kenneth Frandsen
(basse)

-Dennis Stockmarr
(batterie)

TRACKLIST

1) Blood Warrior
2) Gallow Hill
3) King of You Mind
4) Pieces
5) No Salvation

6) Captain of The Seven Seas
7) Unleashed
8) Shade of Me
9) Not My God
10) It's on Me
11) Angelic Voices Calling (2012)

DISCOGRAPHIE


Illnath - 4 Shades Of Me
(2013) - black metal symphonique - Label : Pitch Black



Ouf ! Illnath semble enfin s’être stabilisé au niveau de son line up. Et pour le coup, un an à peine après la sortie du moyen Third Act In The Theatre Of Madness, ils récidivent avec 4 Shades of Me. On sentait qu’ils avaient trouvé une voie intéressante mais qu’il y avait un besoin d’approfondissement. L’identité du groupe est encore vacillante, la bonne idée serait de confirmer avec ce disque. Réponse que nous allons tenter d’apporter dans cette chronique.

Première bonne nouvelle, la production a été revue et sonne désormais plus pro. Le son de la basse est également rentré dans les clous, exit l’effet corde à linge. Ces deux aspects constituant les principaux reproches émis à leur encontre concernant leur précédent opus, c'est une bonne chose de faite. Mais un changement plus profond que cela se remarque rapidement. En effet, le côté rentre-dedans, impression suscitée par une rythmique robuste, est désormais prépondérant. Le côté mélodique est nettement en retrait par rapport à Third Act In The Theatre Of Madness. Alors oui, quelques leads sont ici et là présents, mais ils ne constituent plus la pierre angulaire de l'oeuvre des Danois. Cet aspect présente un avantage mais également un sacré handicap. Le plus ? Le chant de Mona Beck s’accorde parfaitement avec cette direction choisie. Par moment on a même une impression de « chant rythmique ». L’effet est réussi et donne de l’énergie aux morceaux ("Blood Warrior", "No Salvation"). Et elle n’a vraiment pas de complexe à nourrir avec ses homologues masculins, son efficacité est indéniable. Son timbre évolue toujours néanmoins dans un registre black.
Mais alors quel inconvénient ? L’auditeur a plus de mal à retenir les morceaux. Ceci est dû à des riffs pas suffisamment mémorables du premier coup. Ils ne sont pas évidents à apprivoiser, mais pourtant, une fois que c’est fait , la sauce prend. Seul le chant plus direct permet une distinction plus aisée des morceaux. Quelques solos parsèment également la galette, loin d’être mémorables mais ils ont le mérite d’apporter le côté mélodique laissé de côté sur cet album. Il y a par contre d’autres nouveautés, comme la présence de quelques chœurs guerriers comme sur "Captain Of The Seven Seas" par exemple. "Unleashed" est le morceau le plus mélodique et fait penser à leur musique d’avant. Histoire de contraster, le morceau suivant "Shade of Me" est celui qui castagne le plus mais aussi le plus expéditif. On a l’impression d’écouter du pur death metal. D’ailleurs aucun titre ne dépasse les 4 minutes 30, l’album est assez vite expédié. Une bonne chose car cela permet d'éviter l'indigestion.


Parfois un changement de directement peut s’avérer gagnant. Ici, c’est un peu plus compliqué. Le groupe perd son identité, la marque qui les a fait connaitre. Ils optent pour un death metal plus rythmique et fini les leads à foison. Mais pour autant pas besoin de crier au scandale, c'est assumé et ça se tient. Comme à chaque fois, certains risquent d’être déçus alors que d’autres vont accrocher. N’empêche que ce disque est plutôt solide et est plaisant d'un certaine manière. Le chant vaut également le détour. Tous ces petits plus font que Illnath mérite sa chance avec 4 Shades of Me.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7