5820

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 23 février 2013
Sa note : 11/20

LINE UP

-Christopher Iversen
(chant)

-Morten D. Carlsson
(guitare)

-Erlend N. Saetren
(guitare)

-Erik A. Larsen
(basse)

-Per Christian Helm
(batterie)

TRACKLIST

1) Sluk Det Ratt
2) Sjelsvrengt
3) Mageplask
4) Slagen
5) Neo-Cowboy
6) Karma a Brenne
7) Makteslose
8) Deltidsidiot
9) Sudan
10) Hjemkomst

DISCOGRAPHIE

Idiokrati (2013)

Man the Machetes - Idiokrati
(2013) - pop hardcore punk - Label : Indie Recordings



Alors voilà, regardez un peu, je ne vais pas me taire parce que vous ne connaissez pas. Alors voilà, regardez un peu, on se sent toujours un peu mieux quand on est au courant. Man the Machetes ça sonne mexicain, ça pourrait être texan et en fait c'est norvégien. Ils ont même poussé l'incongruité à chanter en norvégien (chose au demeurant complètement intangible, oui ce terme n'a rien à faire ici, au vu du style pratiqué).

On commence bons amis comme du Sum 41 et en fait comme tous les groupes de pop punk. Riff simple, mélodie limpide et évidente. On retrouve cette touche dans toutes les chansons. Pourtant un élément perturbateur point rapidement à l'horizon : le chant. Il est écorché vif comme tout bon groupe de hardcore énervé se doit de l'avoir. Oui, pop punk, norvégien et hardcore tout ça mélangé dans un seul album. Etrange non ? Pas tellement en fait car la musique n'a rien de révolutionnaire, il ne faut pas en attendre autant. Seul le mélange proposé sort des standards, ce qui est une bonne chose. Malheureusement on se demande quand même pourquoi ils ont collé un tel chant aussi peu mélodique sur une musique qui respire la bonne humeur et l'entrain. La sauce ne prend pas du tout et on sent un décalage évident. Bref, c'est peut-être une tentative de marque de fabrique, mais ça ne prend pas assez.
Rapprochement du côté hardcore via certains riffs typiques du genre également. Man the Machetes abandonne les mélodies faciles pour se consacrer à des gras accrocheurs et violents, en liaison directe avec le hardcore. Encore une fois, le mélange avec les mélodies pop punk de base semble étrange et il est difficile d'être totalement convaincu. On ne s'attend pas vraiment à éprouver de quelconques difficultés à écouter cette musique quand soudainement débarquent ce type de riffs. Alors OK, ça apporte une diversité bienvenue à un style très limité. Oui, c'est plus ou moins bien intégré et ça apporte une aération nécessaire à la musique du groupe. Mais non, ce n'est pas toujours pertinent. Bref, c'est un peu l'histoire du cheveu sur la soupe et côté auditeur, difficile d'être convaincu. Tout du moins si l'on vient pour goûter à du pop punk. De toute façon, si on vient pour goûter à du hardcore, on se demandera rapidement pourquoi tant de bisounours.


Au final une catastrophe ? Non, pas vraiment. Idiokrati est un album solide sur des mélodies inattaquables quant à leur entrain. Problème consubstantiel au genre pratiqué, ça ne vole pas haut et ça manque de diversité. Le côté hardcore apporté à la fois par le chant et certains riffs fait figure de fausse bonne idée. Alors oui, Man the Machetes sort de la masse, mais à quel prix ? Ce prix sera trop élevé pour quiconque n'ayant d'affinité que pour 1 des 2 styles visités. Et ça risque d'être la grande majorité... Une bonne moyenne malgré tout pour les mélodies accrocheuses en diable.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4