5748

CHRONIQUE PAR ...

106
Belzaran
Cette chronique a été mise en ligne le 26 janvier 2013
Sa note : 16/20

LINE UP

-Iuri Sanson
(chant)

-Diego Kasper
(guitare)

-Abel Camargo
(guitare)

-Marco Panichi
(basse)

-Savio Sordi
(batterie)

TRACKLIST

1) Steel Lord On Wheels
2) Change Your Life Line
3) Millenium Quest
4) A Kingdom To Share
5) Living Under Ice
6) Defying the Rules
7) The Faceless In Charge
8) High Speed Breakout
9) Share At Yourself

DISCOGRAPHIE


Hibria - Defying the Rules
(2004) - speed metal power-metal rock'n'roll - Label : Remedy Records



Hibria est un groupe brésilien de power-metal. Alors évidemment, Brésil et power-metal font immédiatement penser à Angra… En 2004, le groupe sort la bombe Defying the Rules, un album technique et puissant. Et d’emblée, Hibria se positionne alors comme un des grands espoirs de la scène power-metal. Pourtant, on est très loin de la musique de leurs illustres prédécesseurs. Pas de chichis ici, on part à fond à la caisse sans jamais se retourner…

Contrairement à beaucoup de groupes du genre, Hibria a choisi comme thème de cet album les motards. Le thème colle parfaitement à la musique d’Hibria, brute de décoffrage. Loin d’un power-metal symphonique maniéré, Defying the Rules est 100% rock’n’roll. Pas de synthés, pas de chœurs, pas de violons. Juste un groupe qui joue à 200 à l’heure. Résultat, le tout est très technique de bout en bout. Les riffs sont impressionnants de vélocité, tant à la guitare ("Change Your Life Line", "Millenium Quest", "Defying the Rules") qu’à la basse ("A Kindom to Share"). Le côté technique laisserait craindre une musique un peu froide ou sans âme, mais les refrains sont accrocheurs et certaines parties instrumentales sont particulièrement réussies (les solos "Millenium Quest", l’intro de "Defying the Rules" sont magistrales).
Derrière ce côté rapide et technique se cache quand même une profondeur. Bien que directe, la musique d’Hibria n’est pas si simple dans sa construction qu’elle n’y paraît au premier abord. Quelques morceaux plus longs et plus progressifs se montrent à la fin de l’album ("The Faceless in Charge", "Stare at Yourself") et quelques mid-tempo viennent compléter l’ensemble afin de varier les plaisirs ("A Kindom to Share", "Highspeed Breakout"). Toutes ces choses font que lorsque l'on écoute cet album pour la première fois, c’est une véritable claque ! Mais malgré toutes ses qualités, Defying the Rules peut vite devenir crispant. En effet, le côté rock’n’roll est vite fatigant. Sans synthés, sans chœurs, sans pause, sans ballade, sans partie acoustique, l’album manque cruellement d’air. Cela est accentué par le fait que le groupe ne se repose jamais. Même les mid-tempo semblent lancés à 200 à l’heure ("A Kindom to Share"). De même, le chant est toujours puissant et poussé à son paroxysme, manquant de passages plus calmes, graves et posés.


Malgré ses défauts, inhérent à son statut de premier album, Defying the Rules est un album magistral, brut de décoffrage, à découvrir. Il est cependant dommage que le groupe ait réitéré ses erreurs pour son deuxième opus, ratant au passage l’occasion de devenir un des fers de lance du mouvement power metal. Car ce premier album est véritablement rafraîchissant et dépoussière sacrément le genre.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2