5718

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 15 janvier 2013
Sa note : 10/20

LINE UP

-Jürgen
(chant)

-Erik
(guitare+claviers)

-Mike
(guitare)

-Tony
(guitare)

-Toby
(basse)

-Korl
(batterie)

TRACKLIST

1) The Lost
2) It Ain't Good
3) Clouds of Glass
4) The Last Dance
5) Game Over
6) Feel
7) Perfect Day
8) Foreign Rain
9) Wait For Me
10) Goodbye
11) On the Edge
12) Space
13) If You Want To

DISCOGRAPHIE


A Life Divided - The Great Escape
(2012) - néo metal indus - Label : AFM Records



Connaissant un certain succès du côté de la contrée qu'est l'Allemagne, A Life Divided (du pays pré-cité) nous revient une fois de plus avec un nouvel essai. Une offrande, par ailleurs, signée et distribuée par une grosse écurie du metal (AFM Records), peut-être de quoi permettre à la formation d'obtenir un certain essor dans les terres francophones. Et puis, peut-être que le label a misé sur le bon poulain ? Pas si sûr, car The Great Escape est une franche déception.

Sur la forme, pourtant, le groupe semble irréprochable : comment leur reprocher, pour commencer, l'excellente tenue vocale de Jürgen ? Ce chanteur possède un organe qui colle parfaitement à la musique, avec beaucoup de justesse et de nuances, un vrai plus pour la formation. Reconnaissons au moins que ce disque ne serait pas ce qu'il est sans ce frontman qui abat un boulot impeccable. Question musique, la patte allemande se sent bien, tant dans une production carrée et limpide que dans un assemblage de morceaux qui tentent de s’ériger comme de véritables hymnes, le tout dans un enrobage industriel cher à moult combos de cette contrée. Qui plus est, il faut bien avouer que sur la rythmique loin d'être désagréable de ce neo metal / indus / rock certes calibré mais diablement efficace, on peut lâcher un headbang ou deux sans vraiment s'en rendre compte. L'une des forces de la petite troupe, c'est de savoir être prenante dès les premières écoutes. Cependant, cette qualité s'estompe au fur et à mesure pour laisser place à une cruelle désillusion. Non, A Life Divided ne résiste pas au temps …
Pour faire simple, on fait trop vite le tour de The Great Escape. Pas la peine de l'écouter dix fois (sauf si vous êtes chroniqueur) pour comprendre qu'une fois digéré, le plat se révèle moins copieux qu'on aurait espéré qu'il soit. En même temps, à force de recycler des recettes déjà goûtées des centaines de fois, la surprise n'était déjà pas vraiment présente sur le palais de l'auditeur. Mais surtout, la saveur d'un vrai délice qui perdure est ce qui manque le plus cruellement au brûlot : en dépit de quelques titres efficaces qui relèvent un peu la sauce ("The Last Dance" ou la mid-tempo accrocheuse "Feel"), difficile de ne pas ressentir de la lassitude. La faute, justement, à cette absence d'originalité, de personnalité et de consistance qui aurait pu faire de l'opus quelque chose d'agréable, bien que ne renouvelant pas le genre. Qui plus est, d'une piste à l'autre, les mêmes tics incessants ne cessent de se répéter : grosse guitare avec nappe de claviers indus / dance, puis arrive le chant et ça s'emballe.


A Life Divided aurait pu faire de The Great Escape une sortie plaisante, résistant davantage aux écoutes. Hélas, ce plaisir éphémère se consomme à vitesse grand V et les quelques miettes du gâteau ne font même plus envie, au risque d'attraper une bonne grosse indigestion. Une écoute ou deux ne feront pas de mal, mais plus, ça devient vite rébarbatif. C'est pourtant dommage, car il y a du potentiel. Mais arriveront-ils à l'exploiter pleinement ? J'ai un doute là-dessus …


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4