571

CHRONIQUE PAR ...

34
Yannoch
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Laurent Daumail (tout)

TRACKLIST

1)Intro
2)Gangsta Shit
3)Mad Blunted Jazz
4)Suckers Never Play That
5)Sang Lien
6)Underground Vibes
7)Romantic Love
8)The Return Of The Jedi
9)Other Aspect
10)Dieu reconnaîtra les siens
11)Free Your Turntable And Your Scratch Will Follow
12)Dieu reconnaîtra les siens [Minus 8 Remix]

DISCOGRAPHIE


DJ Cam - Underground Vibes
(1995) - electro abstract hip-hop - Label : Recall Inflammable



Nos confrères d’outre Manche (et d’outre Atlantique = DJ Shadow…) ne sont pas les seuls à produire de bons disques d’abstract hip-hop (ou hip-hop instrumental)…oh non, DJ Cam alias Laurent Daumail est français et bourré de talent comme l’atteste ce premier album à la pochette assez évocatrice ! Laurent Daumail naît en 1973 à Paris et passe son adolescence dans la capitale française où il apprend le piano durant quatre ans (entre 8 et 12 ans). Rapidement il s’intéressera au Funk et à des artistes tels que George Clinton, Earth Wind & Fire ainsi que Kool & The Gang… la musique jazzy qu’écoute son père ne le laissera pas non plus indifférent.

Seulement un énième mouvement va attirer et « bouleverser » le jeune homme : le hip-hop…avec New York en point de mire dont Gang Starr et le fameux DJ Premier qui marquera à jamais l’esprit du français… Public Enemy, Eric B & Rakim constitueront eux aussi un point d’appui intéressant. Par la suite, l’étudiant en commerce s’équipe de platines et se lance à la conquête du « sampling » ! Pensez seulement qu’à ce moment là DJ Cam n’a pas 20 ans, mais l’envie de s’exercer est croissante et la passion naissante. Après les soirées à tendance Funk et Hip-Hop réalisées au sein de petit club parisien, Monsieur crée son label en 1993, Street Jazz, où nous retrouvons déjà le délicieux Dieu Reconnaîtra Les Siens, premier maxi du bonhomme. Le premier album Underground Vibes sort sous le label rebaptisé « Inflammable » en 1995…

Ce qui frappe à l’écoute de cet album, est la ligne de conduite que DJ Cam a su inculquer à ce dernier. Explication : les morceaux possèdent tous des ingrédients identiques ! Ce qui diffère ? Les produits sont ici utilisés sous maintes formes et à des moments cruciaux afin d’obtenir au final une homogénéité surprenante et alléchante ! Les variations de vitesse opérées et les diverses associations (instrumentales notamment) ont tôt fait de rendre une copie agréable et aboutie. Ce premier opus est construit autour d’un axe beat Hip-Hop/Jazz (samplé) et ne s’en n’écarte que très peu. Les pistes se démarquant, à savoir : "Underground Vibes", et "Dieu reconnaîtra les siens" possèdent une profondeur qui ne laisse pas indifférent. Ici, il n’y a pas de place pour la parole, il faut écouter à point c’est tout, s’asseoir et prendre le temps. Ces morceaux sont imprégnés d’un mystère qui se pose sur vous et apaise votre esprit pour une durée indéterminée : magique !

Les plages "Romantic Love" et "Free Your Turntable And Your Scratch Will Follow", ou l’apparition de bruits subtilisés à dame nature : pluie, grondement du tonnerre pour l’une… une chouette qui hulule, le chant d’un grillon, ou bien le bruit de l’eau qui dévale une pente pour l’autre. Reposant tout simplement… L’éloignement le plus notable, et non moins réussit, s’opère sur le remix de Minus 8 "Dieu Reconnaître Les Siens" (n° 12), où les battements s’accélèrent et le rythme devient alors Drum’n’Bass… un véritable réveil, après un début d’album lancinant que l’on aurait tranquillement découvert un matin d’hiver sous une couette tiède. Une track pour le plaisir des corps électriques et des esprits éclectiques !


Le travail de DJ Cam est assez remarquable, dans le sens où l’ensemble de ces pistes possède, j’insiste, les mêmes ingrédients mais arrangés avec une force qui leur sont propres. Tantôt de petits scratchs lissés, tantôt quelques notes d’un piano sortant de l’obscurité d’une nuit froide… appréciez… Merci aussi aux synthés, éléments indispensables à la création d’une texture atmosphérique. Si critique il-y a, celle-ci porterait sur le beat hip-hop, qui est présent du début à la fin et pourra s’avérer à terme un peu lassant. « Cela manque de changement ! » entendrons-nous. Hum, c'est vite dit… laissez vous tenter et voyez!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4