5705

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 10 janvier 2013
Sa note : 8/20

LINE UP

-Ana Mladinovici
(chant)

-Bogdan Costea
(guitare)

-Emilian
(guitare)

-Tibi
(basse)

-Sebastian
(batterie)

TRACKLIST

1) Center of the Great Unknown
2) Masterspell
3) King of the World
4) Open
5) The Earth is Young
6) Step Into the Night
7) No Horizon
8) One Angry Gaia
9) Mark of Cain
10) Under the Auroras

DISCOGRAPHIE


Magica - Center of the Great Unknown
(2012) - heavy metal metal symphonique speed metal chiant comme la pluie - Label : AFM Records



Le retour des groupes qui terminent en sujet à moquerie pour moult initiés est toujours un bon moment lorsque ce cas de figure se reproduit. En effet, grâce à leur étonnante médiocrité, ces groupes-là n'en finissent plus de se ridiculiser album après album. Et ça tombe bien car dans cette catégorie, je demande les Roumains de Magica et leur sixième album Center of the Great Unknown. Et aucune inquiétude à avoir ici : la formation continue sa route sur les chemins de l'amateurisme.

Pourtant, cet aspect-là n'est que dans le fond, et non réellement dans la forme, grâce à une production qui ne cesse de gagner en limpidité et en puissance. La présence du combo sur un label aussi important qu'AFM Records n'est sans aucun doute pas un facteur étranger à cette nette amélioration. Mais c'est bien la seule que l'on constatera car dans le reste, nous sommes plutôt dans une situation de stagnation qui est presque constante quand on parle de ce groupe. Ne s'abaissant pas au niveau de l'effroyable Wolves & Witches, cette nouvelle galette reste quand même un défi supplémentaire à écouter sans s'ennuyer en allant du début à la fin. Chemin de croix oblige, la faute en incombe à des compositions aussi plates que basiques.
Notre brave combo de l'Est enchaîne les plans simplistes et les morceaux où le niveau d'accroche est quasi nul. Qui plus est, une bonne partie des riffs passent à la trappe quant à leur niveau technique : ils ne sont là que pour offrir un squelette à une piste qui sert globalement la même soupe sans inventivité ni inspiration, ni même une petite once d'originalité. Plans bateaux, refrains pauvres, le summum de cette purge est atteint sur "King of the World" au refrain répété des centaines de fois (il faut bien combler les vides) mais surtout sur "No Horizon" qui combine tous les défauts de la formation : outre un titre d'une extrême platitude, on soulignera aussi la pauvreté de sa mélodie, son point d'orgue qui tombe à plat et ce chant poussif et désagréable qui est là pour vous vriller les tympans.
Car oui messieurs et dames, Ana Mladinovici entache une fois de plus le bilan. Si Center of the Great Unknown aurait pu n'être tout juste qu'un brûlot assez fade, il faut compter sur la présence d'une chanteuse horripilante, à la justesse pas toujours respectée, qui tire tellement vers les aigus qu'elle semble être à la limite de la rupture des tonnes de fois, dans des sphères hors de ses capacités visiblement restreintes. Dommage car on peut quand même recenser quelques bons moments : deux morceaux plutôt plaisants viennent faire leur apparition. On appréciera ainsi "The Earth is Young" qui évite la surenchère de chant suraigu et arrive même à être catchy, mais aussi "One Angry Gaia", inspirée et puissante, qui démontre que de temps en temps, le groupe roumain a des sursauts de bon goût.


Le problème de Magica est donc tout simplement d'être un groupe aux capacités musicales extrêmement limitées. Délivrant des titres tous plus insipides les uns que les autres et tirant même sur la corde du très mauvais à l'occasion de "No Horizon", Center of the Great Unknown ne fera que confirmer les moqueries des détracteurs à l'encontre des cinq Roumains, qui devraient prendre une pause histoire de trouver ce qui leur fait défaut depuis bien longtemps : l'inspiration.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7