5703

CHRONIQUE PAR ...

101
Dommedag
Cette chronique a été mise en ligne le 06 janvier 2013
Sa note : 14/20

LINE UP

-Mike DiSalvo
(chant)

-Jon Levasseur
(guitare)

-Alex Auburn
(guitare+backing vocals)

-Eric Langlois
(basse)

-Flo Mounier
(batterie+backing vocals)



TRACKLIST

1) ...and Then It Passes
2) We Bleed
3) Voice Of Unreason
4) My Prodigal Sun
5) Shroud
6) Soar And Envision Sore Vision
7) Equivalent Equilibrium
8) Back To The Worms
9) Screams Go Unheard

DISCOGRAPHIE


Cryptopsy - And Then You'll Beg
(2000) - brutal death chaotique - Label : Century Media



2000, le petit monde du death metal va mal. Suffocation a splitté pour toujours (ou un peu moins, oui) deux ans auparavant, Incantation sort son pire album, Lord Worm s’est barré de Cryptopsy après None So Vile, et ils ont pris un chanteur de hardcore à la place. Du coup y’a plus rien à en tirer et le groupe a bien fait de rester underground ?

Non. C’est dit, ils ont encore de l’inspiration à revendre les petits Québecois. Que ce soit par le biais de leurs riffs tranchants si caractéristiques, dont on retiendra principalement ceux de "We Bleed" , "Soar And Envision Sore Vision" ou "Shroud". On notera à ce propos la teinte hardcore (et pas deathcore, bouh, dégage vilain mécheux) prise par certains riffs, assez chaotiques, à l’exemple de certains de ceux composant "…And Then It Passes" ou de la moshpart de "Back To The Worms" , entre autres. Ce côté bordélique touche aussi les soli, qui, moins inspirés que ceux des deux albums précédents, sont plus des suites de notes incohérentes à l’utilité douteuse. M’bref. Et évidemment, on regrette toujours Seigneur Asticot, parce que c’est pas que DiSalvo varie pas beaucoup mais quand même. En dehors de deux ou trois growls par ci par là, on se tapera du hurlement tout du long, là où… oui non, pour résumer, la comparaison n’est pas tenue. Et qui pourrait ? Ah, sinon, c’est pas tout ça, mais ça se retient quand même pas bien tout ça. Avec 39 minutes, on augmente encore la durée, qui avait déjà été allongée sur Whisper Supremacy, et je soupçonne aussi que la formule ait été encore densifiée au niveau du ratio riffs par titre.
Cependant, que les amateurs de brutalité se rassurent, nulle tendance progressive n’a été ajoutée à la musique, et on retrouve toujours ces passages à la limite du grind le plus furieux, comme sur la courte "Voice Of Unreason", qui bénéficie d’une batterie plutôt « calme » et jazzy d’ailleurs, alors que les six-cordes s'illustrent par les riffs les plus agressifs possibles. Bon, qu’on le précise bien, Flo Mounier n’a aucunement mis de l’eau dans son vin. Son jeu de batterie apte à décourager n’importe quel batteur, du débutant au confirmé, se fait tout de même plus nuancé, avec moins de blasts gratuits, plus de patterns explorant les cymbales. Sa caisse claire sonne d’ailleurs malheureusement comme une casserole dans les passages où il ne la martèle pas intensément. Le didgeridoo de la dernière piste, qui en dehors de ça n’a rien de bien fou, en marquera quelques-uns avec les sonorités assez étranges qu’il produit, rappelant le sample du début de "Crown Of Horns".  Au niveau qualitatif, on se trouve évidemment en dessous de None, et légèrement derrière Whisper, mais le résultat est tout de même là, même si quelques passages sont de trop, à l’image de cet "Equivalent Equilibrium" dispensable au final, en dehors des passages les plus enlevés.


En effet, non content de reproduire le dosage parfait entre violence et mélodie de 1996, Cryptopsy livre tout de même un disque intense, qui demande du temps pour être parfaitement digéré, et ceci d’autant plus avec l’ajout de parties plus dissonantes. Mais tout de même, c’était mieux avant, on aimerait bien être "Back To The Worms". Patience, dans cinq ans peut-être...  


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4