5673

CHRONIQUE PAR ...

90
Seth
Cette chronique a été mise en ligne le 18 décembre 2012
Sa note : 15/20

LINE UP

-Lasse
(chant+guitare)

-Robert
(basse)

-Anton
(batterie)

TRACKLIST

1) Vortex Macabre
2) Effigies of Evil
3) In the Dead We Dwell
4) Curses Scribed in Gore
5) Crumbling Insanity
6) Summoned into Euphoric Madness
7) Evoken Vulgarity
8) Retribution in Eternity

DISCOGRAPHIE


Hooded Menace - Effigies of Evil



Ecrasant, sale et aussi peu éclairé qu’un couloir graisseux dans le fond d’un repaire de junkie, Effigies of Evil est aussi délicat qu’un camion. La dernière offrande malsaine de Hooded Menace est à l’image des deux précédents opus et nul doute que les fans de la formation finlandaise en auront pour leur argent.

L’imposante symphonie d’ouverture donne le ton d’un album à la composition qui ne laisse de place ni au doute ni au vague, jouant constamment dans la cour de l’écrasante résignation, de la révulsion et de l’horreur. Cette longue et lancinante agonie s’avère être un tel monument que "Vortex Macabre" pourrait bien être l’un de leurs meilleurs morceaux, tant la puissance de l’atmosphère se joint en ce point parfaitement à la musicalité du groupe. Il n’en sera pas toujours de même tout au long de l’album, lorsque parfois l’aspect cinématographique prend le pas sur l’aspect musical au cours de plusieurs pistes, ou lorsqu’au contraire d’autres compositions manqueront légèrement d’âme. "Vortex Macabre" en revanche s’avère parfait, parfaitement bien mesuré et offrant un résultat à la hauteur du travail que le morceau à dû nécessiter. Il s’avère évident que si de Effigies of Evil il ne fallait en garder qu’un morceau, ce serait de toute évidence ce "Vortex Macabre".
Toutefois, Hooded Menace offre comme toujours une composition intéressante, un ensemble musical très cinématographique plus qu’une simple création mélodique, avec des passages parlés parfois assez longs, donnant tantôt des impressions de procès médiéval se soldant presque automatiquement par la crémation de deux ou trois sorcières vampires en haut de la colline sous une pleine lune menaçante, tantôt la nausée à l’idée de l’horreur grimpante sur les murs crasseux de rues infâmes, dont la graisse constante reflèteraient les rayons de la lune en une couleur rendue malsaine. La fantastique pochette  de Effigies of Evil représentera d’ailleurs parfaitement l’atmosphère d’horreur impure de cet album, définitivement à considérer comme un ensemble d’ambiance plus que comme un album classique.
Un triomphant mélange de death crasseux et de doom occulte, porté à bout de bras dans les confins les plus obscurs du style par le chant implacable de Lasse qui, bien que n’aimant pas particulièrement les grunts apparemment, leur donne pourtant une abominable et organique puissance qui va d’une certaine manière achever de graver une indélébile trace dans la mémoire collective des fans du genre. Un son que l’on qualifiera donc globalement de massif, solide et ne dévoilant aucune faiblesse quant aux précédents du groupe. Aucune nouveauté ou évolution n’est cependant à signaler, mais ce n’est probablement ni l’objectif des membres de Hooded Menace, ni la réelle attente des fans de la formation finlandaise qui seront pour la plupart en pure extase devant ce lourd legs fait à la marmite commune du metal.


Hooded Menace prend donc parfaitement bien le virage toujours redouté du troisième album avec Effigies of Evil, et ce malgré les difficultés engendrées par le changement de maisons de disques et tout ce que cela implique. La formation finlandaise n’a donc pas fini d’asphyxier les bas-fonds du metal extrême de son doom death horrifique.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2