5635

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 02 décembre 2012
Sa note : 13/20

LINE UP

-Naser
(chant+guitare)

-Joachim
(guitares)

-Valentin
(basse+batterie)

TRACKLIST

1) Word of Democritrus
2) Sphere of Elea

DISCOGRAPHIE

Euclidean (2012)

Euclidean - Euclidean
(2012) - black metal doom metal - Label : Independent



Venir de Suisse et faire du metal extrême à tendance black, s'est fatalement s'exposer à une comparaison avec Samael. Euclidean est un tout jeune groupe qui s'attelle à la tâche en ayant la merveilleuse idée de justement venir de Suisse, faire du metal extrêmisant à tendance black, c'est à se demander s'ils ne cherchent pas les poux. Cette première démo enregistrée de manière fort honorable va devoir s'expliquer avec nos oreilles.

Et pim ! Ca ne devait pas manquer, ça n'a pas manqué, on entend un riff syncopé à la Samaël de la deuxième moitié des années 90. On peut aussi se demander si à ce point, notre esprit n'attend pas tellement Samael qu'il l'entend fatalement. Enfin, ce n'est pas une discussion très intéressante. Par contre, et fort heureusement, on change de registre par rapport aux glorieux aînés par des influences doom plus qu'évidentes, à un tel point qu'elles deviennent dominantes dans la coloration musicale de Euclidean (la démo). Comme le chant est plutôt black et qu'à l'occasion le trémolo typique du genre est entendu, accompagné même d'un fugace blast, on s'accorde pour apposer l'étiquette de doom black à cette musique venue du pays du gruyère. Le son gras et organique appuie cette thèse, tout en étant presque idéal pour ce type de musique, une très bonne base de travail (pourquoi ne pas le garder presque tel quel pour un album ??).
Tout ça passe très bien. L'ambiance est lourde et sombre, les compositions prennent leur temps et nous sommes donc captivés. Les guitares opèrent sur plusieurs niveaux pour donner une richesse bienvenue et surtout la batterie, en conservant une simplicité indispensable, surprend par la richesse des atmosphères qu'elle développe ainsi que la justesse de ses interventions. Elle devient réellement un élément moteur de la musique pour lui donner coffre et vie. La star de l'album ? Ce n'est pas du haut vol techniquement donc non, mais on peut se demander si cette démo aurait été aussi agréable sans. Car oui, la musique proposée est agréable grâce à ses ambiances étouffantes. Peu de riffs, pas mal d'arpèges d'outre-tombe mais du vrai doom au sens désespoir du terme. On soulèvera comme limites la présence de gimmicks à la guitare (attention, trop d'arpèges tue l'arpège) et peut-être le manque de nappes lointaines de claviers qui se seraient parfaitement fondues dans le moule.


Cette démo de 15 minutes laisse donc entrevoir de bien belles choses. Si Euclidean évite l'écueil d'une trop grande répétitivité sur album ou de longueurs coupables, nous avons là un candidat potentiel à nos futurs achats sombres. Que le groupe n'hésite pas à s'approprier d'autres sons, mais toujours dans le même but cohérent du désespoir, et l'album pourra ravir nos si difficiles oreilles.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7