5622

CHRONIQUE PAR ...

100
Merci foule fête
Cette chronique a été mise en ligne le 29 novembre 2012
Sa note : 10/20

LINE UP

-Sven Zaklikowski
(chant)

-Thiemo Hille
(guitare)

-Florian Stollber
(guitare)

-Marius Rebmann
(basse)

-Marcel Unger
(batterie)

TRACKLIST

1) Seven Days
2) Dirty
3) Rock‘n‘Roll Accident
4) Fast lane
5) Face Down
6) Never Change My Ways
7) Crush
8) Breathe In
9) One Step Away
10) Nice To See You Again

DISCOGRAPHIE


Dirt - Rock 'n' Roll Accident
(2012) - heavy metal - Label : Massacre Records



« Ça, pour une surprise : Dirt se reforme ! Trente ans après avoir livré leur manifeste anarcho punk Never Mind Dirt, Here's the Bollocks, les Britanniques remettent le couvert avec un recueil intitulé Rock 'n' roll Accident... doté d'un son bien gras et.... Du heavy metal ? Allemand ? Dites donc, les gars, vous êtes sûrs que c'est la bonne fiche ? Parce que c'est un chouïa radical comme transformation, là... Pardon ? Ce ne sont pas les mêmes ? Vous voulez dire qu'il y a des types qui osent appeler leur groupe « Dirt » en 2012 ? »

Cette saillie introductive axée sur l'identifiant de cette section d'Outre-Rhin, dont le choix à l'évidence relève davantage de l'ingestion massive de breuvages houblonnés que d'une intense séance de brainstorming, n'est pas aussi anodine qu'elle en a l'air. Car si l'on veut bien admettre qu'il n'est pas nécessaire d'affubler son gang d'un blase aussi improbable que « Godspeed You! Black Emperor » ou « Success Will Write Apocalypse Across the Sky » pour donner dans l'originalité, on n'est pas obligé non plus de choper le premier mot pris au hasard dans le dictionnaire genre « Coude » ou « Outil ». Il est d'ailleurs fort à parier que de nombreux adolescents désireux d'éructer leur rage acnéique songent de nos jours à baptiser leur collectif naissant d'un nom aussi évocateur que « Sale » avant de vérifier sur leur moteur de recherche favori que le terme a (évidemment) déjà été emprunté. Ce que n'a manifestement pas fait Sven Zaklikowski lorsqu'il a fondé ce qui était encore un one-man band sur son premier effort longue durée. Et, soyons francs, cela n'augure rien de bon quant au contenu de ce Rock 'n' roll Accident.
Ce dernier est constitué de titres correctement interprétés par un Zaklikowski confiné aux vocaux à qui vient prêter main forte du personnel vraisemblablement affecté par son nouveau label, Massacre Records. On était donc en droit de supposer quelques améliorations depuis Suicide Blues, le premier LP, qui malgré quelques timides accents southern rock laissait entendre un heavy convenu au chant maniéré. Le frontman s'est certes discipliné mais ses intonations rappellent plus que jamais celles de Phil Anselmo. Le problème est que contrairement à ce que proposait la formation la plus marquante de ce dernier, jamais la musique de ce Dirt teuton n(e s)'emballe. Il est question ici d'un heavy metal désespérément mid tempo à base de guitares sous-accordées, de bends en veux-tu-en-voilà et qui de surcroît a perdu son côté vaguement bluesy. Les moments saillants - si l'on peut employer ce qualificatif à propos d'une aussi morne réalisation ? Un banjo en épilogue de la ballade "Rock 'n' roll Accident" et le riff un poil plus groovy que la moyenne qui fait espérer un décollage, fût-il tardif, sur "Breathe in". Hélas, il n'en sera rien, le break médian ne servant qu'à réintroduire le riff et le solo étant aussi éculé que sur les autre morceaux.


Difficile de s'enthousiasmer à l'écoute d'un album dont l'analyse pourrait se résumer en un lapidaire R.A.S. La qualité d'exécution et la production irréprochable sauvent l'ensemble du désastre mais la faiblesse des compositions n'incite guère à ajouter l'œuvre sur la liste du Père Noël - à moins que Der Weihnachtsmann, plus indulgent envers tout ce qui est lourd et germanique, accepte de déposer quelques exemplaires dans les croquenots des collectionneurs les plus acharnés.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1