56

CHRONIQUE PAR ...

8
Alexis KV
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 10/20

LINE UP

-Andreas Sydow
(chant)

Klas Ideberg
(guitare)

-Jörgen Löfberg
(basse)

-Christofer Malmström
(guitare)

-Peter Wildoer
(batterie)

TRACKLIST

1)Amnesia Of The Wildoerian Apocalypse
2)Secondary Effects
3)Organic Canvas
4)Fading Dimensions
5)Layers Of Lies
6)Godforsaken Universe
7)Klastrophobic Hibernation
8)Vision Of Degradation
9)Contaminated
10)Maelstrom Crisis
11)Decadent Messiah
12)The Creation Insane

DISCOGRAPHIE


Darkane - Layers Of Lies



Voilà un album qui paraît-il, était très attendu. Et qui, a n'en point douter, fut acclamé quasiment à l'unanimité comme étant l'une des références du thrash/death mélodique de cette année. Malheureusement, votre fidèle serviteur n'est pas vraiment enclin à se fondre dans cet élan de joie et d'allégresse, et si l'opus précédent, Expanding Senses, n'avait laissé qu'une impression de "sympa mais sans plus", ce Layers Of Lies tend à basculer carrément dans la catégorie des "bof, pas de quoi pavoiser". A première vue, la dernière livraison des suédois contient quand même de quoi faire un album si ce n'est ahurissant, mais tout du moins au-dessus du lot, alors que quand on y regarde de plus près, le résultat se révèle quand même bien décevant. Mais qu'est ce qui cloche alors?

Ce qui cloche en fait, c'est l'épreuve du temps, dans tous les sens du terme. Layers Of Lies débute, fort, même un peu trop fort, avec une intro mêlant synthés et chœurs pour un résultat à la fois épique et inquiétant, et laissant place à un passage de thrash plus habituel pour le groupe. "Secondary Effects" laisse présager le meilleur pour la suite, un morceau vraiment percutant, accrocheur, avec une touche personnelle qui est surtout l'œuvre de l'excellent batteur Peter Wildoer, et quelques-uns des riffs qui laissent transparaître l'influence de groupes d'avant-garde comme Meshuggah dans la manière de placer des syncopes déroutantes. Mais ce sera tout. Ensuite, le soufflé retombe, et on a du mal à rester attentif, véritablement conquis.

Si "Secondary Effects peut" se targuer d'un refrain mélodique vraiment accroche-neurones, aisément mémorisable et efficace dans son enchaînement avec les parties plus agressives, ce ne sera pas le cas des autres compos. "Organic Canvas" et le titre éponyme ne s'en tirent encore pas trop mal de ce point de vue-là, alors que "Fading Dimensions", "Godforsaken Universe" et "Visions Of Degradation" font appel à des mélodies tellement peu inspirées et peu travaillées qu'elles tapent sur le système au bout de quelques écoutes. Ce sont ces mêmes écoutes répétées qui révèlent l'aspect creux et inabouti des compositions. Oui, Darkane essaye de varier les plaisirs: une intro heavy et inquiétante par-ci, un petit arpège à la suédoise par-là, du rentre-dedans sans préavis ou de la basse groovy ailleurs… Mais encore faut-il les assembler de manière convaincante, ménager les transitions, et de ce côté-là c'est l'échec quasi-systématique.

C'est ce qui rend cet album encore plus décevant, car pris séparément le travail de chaque musicien (si l'on excepte le très quelconque et lassant chanteur/hurleur Andreas Sydow) est honorable, notamment dans les passages les plus techniques où ils font une démonstration de leur virtuosité sans faille. Mais ces mêmes passages techniques cassent complètement la dynamique des compositions, réduisant à néant la bonne impression que peuvent laisser les riffs plus catchy. On a l'impression que Darkane n'arrive pas à se décider entre du death mélodique à la Soilwork et du thrash technique à la Meshuggah. Quand vous serez fixés les gars, faites-nous signe, en attendant la copie est à revoir.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4