559

CHRONIQUE PAR ...

34
Yannoch
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Sam Hardaker
(arrangements)

-Henry Binns
(arrangements)

-Sia Furler
(chant)

-Sophie Barker
(chant)

-Tina Dico
(chant)

TRACKLIST

1)Warm Sound
2)Home
3)Somersault
4)Over Our Heads
5)Passing By
6)When It Falls
7)The Space Between
8)Look Up
9)In Time
10)Speed Dial N°2
11)Morning Song

DISCOGRAPHIE


Zero 7 - When It Falls
(2004) - pop electro Trip-Hop - Label : Ultimate Dilemma



On prend les mêmes et on recommence… C’est un peu le sentiment que l’on a à l’écoute de ce nouvel album de Zero 7 intitulé When it Falls produit par les deux compères Sam Hardaker et Henry Binns. Après le succès colossal de Simple Things qui s’est vendu à 800 000 exemplaires, la tâche était plus que délicate pour ce groupe anglais évoluant aux limites de l’electro, de la pop, et de la soul… Et pourtant dans un style qui évolue peu, les mélodies sont toujours aussi bien travaillées et tout à fait apaisantes… Seulement nous aurions apprécié un peu plus d’audace et d’innovation.

Un album agréable, à n’en pas douter, capable de séduire quiconque dès la première écoute. La minutie apportée aux divers arrangements est toujours aussi palpable et permet d’obtenir ce rendu très léger qu’est When it Falls pour les jeunes oreilles comme pour les plus usées ! En effet, la clarté des mélodies vous orientent d’emblée vers un univers d’une part accessible, mais surtout dénué de toute violence… Naviguez sur cet mer d’huile en toute quiétude avec des plages telles que "Passing By", "Over Our Heads" ou bien "When It Falls" et ressentez cette douceur dessiner les contours de votre visage... C’est tellement appréciable !

La piste "When It falls" justement, jonchée de petits sons jazzy à souhait, se détache assez nettement des autres et l’on ne peut s’empêcher de penser aux productions réalisées par le groupe français Air et son album Premiers Symptômes… Simple, efficace mais rapidement lassant! Il en est de même avec "Speed Dial NO.2", où l’association des claviers et du chœur féminin parvient difficilement à relever la note contrairement à "Look Up" où un instrument surprise intervient: l’harmonica ! Piste assez intéressante car dotée d’un rythme enjoué sonnant incontestablement plus live…

C’est d’ailleurs le coté « scénique » qui fut principalement développé à travers cet album, avec notamment une accentuation dans l’implication des chœurs féminins comme en témoigne la voix soul de Tina Dico sur "Home" tentant d’accompagner un instant durant l’envolée progressive des cuivres. Il en va de même pour "The Space Between" et son electro-pop poignante orchestrée par le chant émouvant de Sia Furler. Cette dernière piste, avec "Morning Song", en enchantera plus d’un lors des tournées du groupe, tant il sera aisé d’apprécier à leur juste valeur l’utilisation des divers instruments responsable d’une certaine harmonie !


Au final, ce nouvel album de Zero 7 peut être perçu de deux manières distinctes. Explication : les personnes découvrant ce groupe seront rapidement séduites par cette production placide et léchée, seulement les aficionados resteront sur leur faim au vu de cette prestation trop prudente… Il suffit de deux à trois écoutes supplémentaires pour se rendre à l’évidence : où est l’innovation ? En effet, cet opus ressemble (trop) fortement à Simple Things. Les textures sont quasi-identiques et ce manque de fraîcheur se fait vite ressentir… A vous de choisir votre camp !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7