5529

CHRONIQUE PAR ...

93
Jehovad
Cette chronique a été mise en ligne le 23 octobre 2012
Sa note : 18/20

LINE UP

-Simon Åkesson
(chant + piano + orgue Hammond + mellotron)

-Petter Sandström
(chant + guitare + harmonica)
 
-Pontus Åkesson
(guitare + choeurs)

-Johan Westerlund
(basse + choeurs)

-Sebastian Åkesson
(claviers + choeurs)

-Tobias Lundgren
(batterie + choeurs)

TRACKLIST

1) Lover’s End pt. III : The Skellefteå Serenade

DISCOGRAPHIE


Moon Safari - Lover’s End pt. III : The Skellefteå Serenade (EP)
(2012) - rock prog - Label : Blomljud Records



Il est si bon, en ces temps “civilisés” où l’on pense tout savoir, avoir tout vu, tout entendu, tout découvert, où l’on regrette parfois un âge d’or lointain où tout était nouveau, frais, original… Il est si bon de faire à nouveau l’expérience d’une découverte, une sensation inédite, un joyau unique et étincelant au milieu de la toute-puissante médiocrité, tel un jardinier qui découvrirait un monde caché sous quelque parterre de fleur oublié, ou encore un amateur de rock progressif authentique qui découvrirait un groupe génial perdu au beau milieu des ersatz des grands noms de l’époque sacrée des années 70… Cet amateur pourrait être VOUS. Ce groupe, c’est Moon Safari.

Encore honteusement méconnus et peu promus en nos contrées gauloises, cette poignée de troubadours d’exception, sortis tout droit de la campagne polaire suédoise, viennent tout juste d’enrichir leur discographie – trois albums studio et un double live – d’un EP qui semble faire office de conclusion à l’album précédent intitulé Lover’s End. Moon Safari, c’est avant tout un style unique : des mélodies accrocheuses, une créativité bouillonnante et beaucoup, beaucoup de diversité dans les rythmes, les ambiances, les instrumentations, les arrangements.... bref, on n’a pas le temps de s’ennuyer un seule seconde. Il se passe toujours quelque chose dès la première écoute. Et dès la seconde, on attend avec impatience chaque nouvelle section, chaque nouveau riff, chaque nouvelle mélodie vocale qui nous a laissé un souvenir impérissable, qu’il s’agisse d’une chanson courte ou d’un passage à l’intérieur d’un morceau fleuve de 20 minutes. Moon Safari, c’est aussi des voix : les extraordinaires harmonies vocales à quatre, cinq, six voix sont définitivement leur marque de fabrique.
Ce Lover’s End pt. III : The Skellefteå Serenade s’inscrit logiquement dans la lignée discographique du groupe, une pièce unique monumentale qui rassemble tout ce que le groupe a su développer depuis ses débuts en 2003 : du piano majestueux, du prog' torturé, des refrains inoubliables, des solos bien sentis, des harmonies vocales renversantes… Tout y est ! Attention, « diversité » ne veut pas dire « fourre-tout décousu » : la composition est savamment réfléchie. Le joli thème d’intro demeure le fil conducteur du morceau et réapparaît tout au long des 24 minutes 21, sous des formes ou orchestrations plus ou moins reconnaissable, mais confère une unité, une cohésion à l’ensemble. La cohésion avec l’album Lover’s End est également marquée par la présence des thèmes du morceau "Lover’s End pt. II" (pour ceux qui suivent). Les amoureux de la mesure impaire amenée avec élégance, et pas seulement pour se faire déconnecter les neurones ne seront pas en reste. L’atmosphère est tantôt intimiste et nostalgique, tantôt ample et fougueuse. Chaque instrument à de la place pour s’exprimer, de la basse au mellotron. Cette sérénade est remplie de passages mémorables, un ici, un là… qui s’enchaînent avec fluidité : on a à la fois hâte d’arriver au prochain, tout en voulant revenir en arrière pour réécouter le précédent…


Un groupe incontournable. Une discographie également incontournable. A suivre dès maintenant et de très près.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3