5459

CHRONIQUE PAR ...

1
Blackmore
Cette chronique a été mise en ligne le 09 octobre 2012
Sa note : 15/20

LINE UP

-Pierre St. Jean
(chant + guitare)

-Éric Jarrin
(guitare)

-Sylvain Auclair
(basse + chant)

-Rene Lacharite
(batterie)

TRACKLIST

1) Empire's Doll
2) Realigning
3) The Hollow
4) Wheels of Impermanence
5) The Healing
6) Compass
7) The Mad Machine
8) Consequence
9) Catalyse
10) A Glimpse of Hope 

DISCOGRAPHIE


Heaven's Cry - Wheels Of Impermanence
(2012) - metal prog - Label : Prosthetic Records



Les Québecquois  d'Heaven's Cry sont de retour. Roulez tambour, résonnez trompette car nous attendions tous cet évènement avec impatience depuis tellement d'année que... Comment ? On me souffle dans l'oreillette que personne ne connaît le bande à Pierre St. Jean et que tout le monde s'en branle !! Certes, il s'agit là du troisième album en 16 ans de carrière et le groupe ne fait pas les gros titres de Gala, mais tout de même, un peu de respect pour ces représentants du pays du caribou ! 

Si vous avez raté Foor for Thought Substitute et Primal Power Addiction et que vous carburez au (heavy) metal prog' classique, carré, sans fioriture (comprendre sans Jordan Rudess dedans) et bercé par une section rythmique de très haute volée, vous vous êtes plantés. Car dans le genre, Heaven's Cry fait des merveilles. On arrêtera tout de suite les aventuriers du prog' avec leur quête d'originalité et on leur priera d'aller voir ailleurs (le dernier BTBAM par exemple) car le quartet se soucie plus d'accoucher de compos solides et très denses que de mixer metal et cor des alpes.
Voila, maintenant que le décor est planté, intéressons-nous à ce Wheels Of Impermanence. Si la musique du groupe pouvait encore être taxée de « novatrice » en 1996, de l'eau a coulé sous les ponts et leur mélange de metal et de prog' est devenu un standard au fil des époques. Si tout cela s'est standardisé, tout le monde n'a malheureusement pas le même talent pour l'écriture ce qui rend toujours Heaven's Cry pertinent en 2012. Surtout que le groupe n'hésite pas à intégrer certains éléments plus actuels dans leur musique comme les claviers aériens en nappe sonore pour la touche post-rock ("Wheels of Impermanence" ou "Consquenece" et son final au saxo) ou la touche symphonique sans les nichons ("Empire's Doll").
Mais qu'on ne s'y trompe pas, la base musicale du groupe reste avant tout metal avec rythmique complexe qui vous demandera de nombreuses écoutes avant d'être maîtrisée. Une sorte de Tool plus direct et moins cérébral ou plus simplement, un Rush moderne. Les 10 titres sont très ramassés avec une science du riff qui fait rarement défaut.On pourrait résumer en expliquant qu'il s'agit là d'une bonne alternative pour ceux qui n'ont pas pris le train du postcore / djent en marche et qui recherchent quelque chose de plus old school, sans beuglement d'outre-tombe (Pierre St. Jean est un très bon mélodiste) où les structures restent encore compréhensibles.


Retour gagnant pour Heaven's Cry ! Wheels of Impermanence est un disque velu, qui s'apprécie sur le long terme et vous procurera beaucoup de joie pour autant que vous lui donniez sa chance. On mettra sciemment de côté l'aspect désuet du genre abordé pour se contenter sur le fond, à savoir des compositions parfaitement bien exécutées sur fond de rythmique démoniaque. Tant qu'à faire, c'est aussi l'occasion de se (re)pencher sur la (courte) carrière de ce très sympathique groupe.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5