5456

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 07 octobre 2012
Sa note : 12.5/20

LINE UP

-Karl Beckman
(chant + guitare)

-Lars G. Tängmark
(guitare)

-Jonas Albrektsson
(basse)

-Karsten Larsson
(batterie)


TRACKLIST

1) Intro
2) The Nine Worlds Burn
3) The Dispossessed
4) Gap of Ginnungs
5) Bound to Reunite
6) Nordvegr
7) Up on The Mountain
8) Plaque-ridden Rebirth
9) Harvest (The End)
10) ... to North

DISCOGRAPHIE

Fi’mbulvintr (2010)
... To North (2012)
Karg (2014)

King Of Asgard - ... To North
(2012) - melodeath viking - Label : Metal Blade Records



King of Asgard, ce groupe au titre particulièrement évocateur de ses origines, nous offre son deuxième opus en cette année 2012. Leur précédent disque a été relativement bien accueilli par la critique mais il ne leur a pas permis de percer, car le créneau dans lequel nos Suédois officient est loin d’être un boulevard puisqu'il s'agit du viking métal. Que ce soit pour la musique ou pour les textes qui se réfèrent aux mythologies nordiques, tout ramène au genre guerrier.

Désormais on n’y échappe plus, l’intro est devenue un véritable phénomène de mode et se trouve quasi systématiquement dans tout album de death. C’est donc "The Nine Worlds Burn" qui nous renseignera véritablement sur ce qu’a à nous proposer ce groupe. Et le constat tombe immédiatement, on a l’impression d’avoir affaire à Amon Amarth. Les mêmes recettes sont appliquées à la lettre : le chant death (le timbre de Beckman ressemble dangereusement à celui de Hegg), les mélodies harmonisées et la même rythmique lourde. King of Asgard fait figure de clone. Seul le chant féminin, assez inattendu d’ailleurs, apportera un peu de fraîcheur à cette deuxième piste. On constate par ailleurs que la production est solide avec un rendu assez présent dans les graves. Paradoxalement, la basse est masquée dans toute cette masse et n’en ressort malheureusement pas. En ce qui concerne la suite, "The Dispossessed" est hélas strictement dans la même veine et ne propose rien d’innovant. "Bound to Reunite" est doté de l’un des meilleurs refrains de la galette mais en dépit de cela, ce morceau traîne trop en longueur.
Mais le souci principal, c’est que pour peu qu’on ne soit pas à 100% concentré sur l’écoute de ce disque, et ce dernier nous apparaitra monobloc, donc indigeste. Le groupe suit sa ligne directrice mais ne s’en éloigne que trop rarement. Du coup, il faut prendre les morceaux un par un pour les appréhender et surtout les mémoriser. Quelques titres ressortent davantage quand l’effort d’écoute est fourni. Dans le domaine on peut citer "Gap of Ginnungsse" qui se fait bien plus convaincant avec une mélodie accrocheuse, des chœurs efficaces et un bon solo. "Nordvegr" s’inscrit également dans cette veine-là avec ses changements de rythmes nombreux et ses mélodies qui cavalcadent et surtout un break bien amené qui relance parfaitement la machine. "Plague-ridden Rebirth" est également une réussite malgré ses sept minutes, une fois les mélodies inscrites en vous, le charme opère. La fin de ce ...To North est d’ailleurs bien meilleurs que le début trop caricatural, et c’est une bonne chose de finir sur une note positive. Le titre éponyme débute quant à lui de manière subtile pour laisser place à un mid-tempo instrumental efficace qui laisse habilement retomber la tension.


Finalement, King of Asgard ne s’en sort pas trop mal. Certes, ils restent dans un genre très proche de celui pratiqué par Amon Amarth mais il faut avouer que certaines compositions sont solides et donnent envie d’approfondir le sujet. Car oui, il faut s’impliquer réellement dans l’écoute de cet album sans quoi il vous apparaîtra ni plus ni moins comme terriblement indigeste. Mais quand l’effort est fourni et que les premières écoutes sont consommées, ce disque délivre son potentiel et convainc.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4