5439

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 26 septembre 2012
Sa note : 14/20

LINE UP

-Hallgeir Skretting Enoksen
(chant)

-Sander Sagblad Loen
(guitare)

-Tommy Svela
(guitare)

-Stig Skog Andersen
(basse)

-Anders Mosness
(batterie)

TRACKLIST

1)The Absolute
2)Storm Of Blood
3)Mot Grav

4)Iron Hands
5)Mind In Fire
6)Escape To Solace
7)Void
8)Flight Of A Dying Sun

DISCOGRAPHIE


Purified In Blood - Flight Of A Dying Sun
(2012) - hardcore metal ov the great Nörd - Label : Season Of Mist Indie Recordings



La Scandinavie est et restera, tous styles confondus, un endroit béni pour le metalleux, le coreux, le punk, bref le fan de musique extrême de tous bords. Je ne saurais citer le nombre de groupes provenant de ces contrées m'ayant profondément marqué, ils sont légion, et non, ils ne font pas tous du mélodeath ou du black métal. Y a aussi des groupes plus orientés vers le hardcore, et au delà des grands noms venant immédiatement à l'esprit (type Refused ou Millencolin), on trouve un tas de groupes mixant mtal avec hardcore et d'autres genres avec plus ou moins de succès. Purified In Blood est de ceux là.

Et c'est également un groupe avec un parcours assez atypique, créé en 2002, puis splitté en 2007, reformé courant 2008 et auteur d'un premier album assez remarqué dans le milieu (Reaper Of Souls). Et ces petits bonhommes venus du froid sont donc de retour en 2012 avec un troisième opus confié à deux monstres du milieu, Tue Madsen et Jacob Bredhal. Et là, premier constat douloureux : on espère qu'ils ne les ont pas payé trop cher pour leur boulot, car les deux pontes se sont un peu foutus de leur gueule. Le son est loin de ce qu'on peut être en droit d'attendre de ces deux sommités du son métal, tout juste correct, manquant singulièrement de relief, notamment la section rythmique, hyper plate. Très décevant ! Sur le reste par contre, il y a déjà bien plus matière à se rassurer, voire à se ravir. A la lecture des chroniques vues de ci de là sur le net, l'album décevait beaucoup par rapport à ses prédécesseurs. Eh bien ici, on l'a écouté avec des oreilles vierges et on a été convaincu ! Au delà du son assez sale qui habille cet album et le dessert clairement, vu la profondeur de son de certaines compos comme "Escape To Solace" (un excellent morceau au passage, quel solo final !) et d'un côté un peu fourre-tout manquant de cohérence dans les compos (on en reparlera), la plupart des tracks sont brillantes et Purified In Blood propose un truc vraiment empreint d'identité, et surtout qui fait assez mal en termes d'intensité.

Les deux premières pistes sont représentatives de cette efficacité, mais aussi du mélange des genres constituant une composante forte du son des Suédois. Ainsi, en deux morceaux ("Storm Of Blood" et "Mot Grav" donc), on aura entendu, sur une grosse base hardcore-metal, du thrash, du sludge/gros rock à la Mastodon, et même des attaques black métal racé et assez mélodique ("Mot Grav" surtout). Intéressant, mais risqué, et Purified In Blood a un peu tendance à s'éparpiller sur certaines compos. Rien de trop grave cependant, tant la qualité reste au rendez vous. Pas de grandes prouesses techniques, ce groupe repose sur une base hardcore, et joue donc simple et assez direct ("Iron Hands"), seule l'excellente piste "Escape To Solace" proposant un truc un peu plus prog' et complexe dans l'esprit. Pour le reste, tout le monde est desservi par une prod' franchement moyenne sauf le frontman, hurleur de grand talent et qui fait montre de toute sa puissance sur cet opus puisqu'il est le seul à être véritablement valorisé par le mix. Les compos sont de qualité, le groove est bien présent quand il le faut, et une ambiance bien sombre et pesante voire sale (la prod' n'aide pas) se dégage de l'album, ce qui colle plutôt très bien au(x) style(s) pratiqué(s).


En bref, je vais foncer écouter Reaper Of Souls, ainsi que le second opus du groupe sorti en 2010, puisqu'apparemment, ils enterreraient celui-ci en termes de qualité alors que je le trouve déjà tout à fait honorable. Après, s'il y a bien un truc que j'ai appris après 12 ans d'écoute intensive de metal et de hardcore, c'est que ça ne sert à rien de se fier aveuglément à une chro sans avoir écouté un minimum le son avant. Nos perceptions de la musique et des sentiments qu'elle nous procure sont tellement différents d'une personne à l'autre qu'il est indispensable de se faire un avis soi-même. Jetez donc une oreille sur celui-ci, et peut-être aurez-vous, vous aussi, envie de lancer un vigoureux « mais vous trippez complètement les gens ! » aux détracteurs de cet opus de qualité.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6