5390

CHRONIQUE PAR ...

16
Kroboy
Cette chronique a été mise en ligne le 29 août 2012
Sa note : 10.5/20

LINE UP

-Leif Jensen 
(chant) 

-Marvin Vriesde 
(guitare) 

-Rory Hansen 
(guitare) 

-Joost Van Der Graaf 
(basse) 

-Koen Herfst 
(batterie) 

TRACKLIST

1) Hubris
2) Sworn to Obey
3) Thrown to the Lions
4) Storm Within
5) Gleaming Like Silver
6) By My Own Hand
7) The Fall of Man
8) Reawakening
9) Destined to Collapse
10) A Final Procession
11) Perpetuated

DISCOGRAPHIE

Icarus (2012)

Dew Scented - Icarus
(2012) - thrash metal thrashcore - Label : Metal Blade Records



Dans le metal, il existe des types dont la persévérance force le respect, come Leif Jensen par exemple : presque 20 ans d'activité, une exposition médiatique quasi inexistante en dehors de l'époque Impact / Issue VI, un succès commercial très limité, des changements de line up à gogo, et pourtant Jensen continue de porter Dew Scented à bout de bras. Et malgré la tentation de jeter l'éponge après Invocation, tous les autres membres du groupe s'étant fait la malle, il a décidé de continuer en recrutant de l'autre côté de la frontière hollandaise (une hérésie pour un Allemand !).

10 minutes environ : c'est en gros le temps où on aura pu croire que cette nouvelle incarnation du groupe allait permettre à Dew Scented d'aller boxer dans la catégorie supérieure. 10 minutes, soit une intro et deux morceaux. 10 minutes où les Allemands (Hollandais ?) invoquent le Holy Spirit of Slayer, intégrant une bonne grosse louche de thrash old school et sauvage à leur habituel thrashcore maousse costaud. L'influence est évidente sur "Sworn to Obey" et son riff ravageur, parfait pour enflammer un pit, soutenu par une rythmique hyper agressive. Du bon vieux thrash comme on l'aime avec une production remise au goût du jour : comme entrée en matière, ça envoie du lourd ! "Thrown to the Lions" lorgne également du côté de Slayer (cf. le riff du prérefrain, la filiation ne fait aucun doute), mais d'une façon moins évidente, plus "diluée" dans le style habituel du groupe : Jensen peut alors se faire plaisir sur un refrain typé hardcore, son autre style de prédilection. Là encore, c'est plutôt bonnard.
Le problème, c'est que l'album dure 43 minutes et que le reste est loin d'être au même niveau. Qu'y a-t-il au menu du jour ? Une poignée de bons riffs pas forcément très bien exploités, ce qui aboutit à des morceaux quelconques au mieux (le mid tempo "Reawakening", pas franchement transcendant malgré le cameo de Dan Swäno), carrément pénibles au pire ("A Final Procession", où quasiment tout est à jeter en dehors du riff principal). On a également une poignée de morceaux corrects, mais tellement proches de ce que le groupe a déjà pondu auparavant qu'on a du mal à s'enthousiasmer, remarque valable tant pour le musclé "Storm Within" que pour l'expéditif "By My Own Hand". Il y a bien quelques bons trucs bien saignants comme "The Fall of Man" (enfin plusieurs bons riffs sur le même morceau !) ou "Destined to Collapse (quelle impression de puissance sur la rythmique qui supporte le refrain !), mais ils n'ont qu'un impact très limité dans le temps et on s'aperçoit qu'on en garde quasiment aucun souvenir 5 minutes après.


Un album de plus au compteur pour Dew Scented, mais il ya peu de chances que celui-ci lui permette de s'extirper de l'anonymat auquel il est confiné depuis quelques années. Trop de déchet, pas assez de temps forts… Donc ouais, respect à Leif Jensen pour ne pas abandonner et poursuivre le combat malgré l'adversité, mais on imagine que le gaillard voudrait être admiré pour autre chose que sa ténacité. Allez, la prochaine fois peut-être… mais on commence à en douter sérieusement maintenant.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3