5342

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 26 juillet 2012
Sa note : 15/20

LINE UP

-Björn
(chant)

-Cedric
(guitare)

-Vince
(basse)
 
-Wim
(batterie)

TRACKLIST

1)A Hammer And Nails
2)Deceiver
3)The Gallows Await
4)Burning At Both Ends
5)Things Are Different Now
6)Breathe
7)Hidden Hands
8)Escapism

9)Dead Weight
10)Faith/Fate

DISCOGRAPHIE

Rise & Fall (2012)

Rise & Fall - Rise & Fall
(2012) - hardcore crusty sombre et méchant - Label : Deathwish Records



Deathwish, c'est le genre de label que tout fan de hardcore se doit de suivre un mimimun. Pourquoi ? Ben tout simplement parce qu'il s'agit du label de Jacob Bannon les potes ! Ouais, le frontman de Converge, accessoirement un des types les plus adulés de la scène, un type connu pour l'intransigeance et l'intégrité de son groupe, principes dont on pouvait espérer qu'ils les transposent à son label et ne nous sorte que des trucs de ouf'. Bien évidemment, la réalité est un peu en dessous de la fiction espérée, et Deathwish sort aussi, bien qu'assez rarement, des trucs moyens. Qu'en est-il de Rise & Fall, groupe de hardcore belge déjà bien installé : bonne pioche ou groupe en bois ?

Eh bien plutôt carrément dans le premier tas, ouaiiiis ! Rise & Fall, c'est typiquement le genre de groupe qui a parfaitement sa place sur un label comme Deathwish. Du hardcore lourd, sombre, torturé, violent, parfois sale, mais toujours capable d'éclaircies, voire de vraies séquences mélodiques, dont l'impact est du coup renforcé par la rareté. Un peu comme Converge quoi, ou comme des gros noms du genre à la Tragedy ou Integrity, clairement deux influences des Belges. Après, la veine mathcore / chaotique est peu être un peu moins présente chez les Rise & Fall, qui officient dans un style un petit peu plus classique et moins fracturé que les cultes Ricains. Après un excellent mais plus brut de décoffrage Our Circle Is Vicious, ceux qui sont maintenant une valeur sûre de Deathwish (un des seuls groupes européens signés sur un label de cette qualité, bravo à eux !) ont clairement franchi un palier en proposant ce Faith mûrement réfléchi, plein d'aspérités où (s')accrocher, et plus varié que son prédécesseur (ses prédécesseurs, en fait, mais on a seulement découvert avec Our Circle Is Vicious, donc difficile de juger l'avant, et pourtant il y a matière, le groupe ayant été fondé en 2002).

Bref, du méchant donc, et qui reprend tout de même pas mal les structures utilisées par les grands groupes précités, ou des combos à la Kickback, pour citer une influence plus géographiquement pertinente. On trouve donc des morceaux classiques dans le genre, rapides et enlevés, avec tout de même un son plus abrasif et un rendu bien plus haineux qu'à l'accoutumée ("Hidden Hands", "Dead Weight"), des pistes plus pesantes et puissantes non dénuées de mélodies ("Faith/Fate", "Things Are Different Now", un peu la balade de l'album, hé hé, sauf que bon, pas vraiment en fait), et des trucs vraiment plus hardcore new school, violents, un peu inclassables et très mélancoliques (comme "Escapism", "Breathe" ou "Burning At Both Ends", qui ne sont pas sans rappeler Have Heart ou Defeater). Y en a donc un peu pour tous les gouts de coreux quoi, et on ne peut que féliciter Rise & Fall pour sa capacité à varier les plaisirs, ça casse la monotonie qu'on peut vite ressentir à l'écoute de n'importe quel groupe de hardcore par trop académique (qui a dit « du hardcore old school de la côte Est » ?). Le frontman est assez classique dans son chant ultra hargneux, le batteur fait montre d'une belle maîtrise sans en foutre partout, et les grattes tissent riffs abrasifs et directs et passages plus ciselés et ambiancés avec un métier certain et un talent indéniable, tant certaines séquences sont de véritables morceaux de bravoure capables de séduire n'importe quel coreux en manque de high kicks musicaux (le final de "Burning At Both Ends", méchante baffe).


En conclusion, bah jetez-vous dessus quoi. Franchement, un très bon album de hardcore garanti 100% sans concessions, sans pitié, sans volonté de séduction de masse, et bourré de séquences de folie. Pourquoi pas de coup de cœur alors? Eh bien tout simplement parce que tout cela n'est finalement absolument pas original par rapport à ce que proposent les bons groupes du genre. Un bel album donc, mais qui ne permet pas à Rise & Fall de réellement se détacher. Pour autant, ce Faith finit d'installer les Belges au panthéon de la scène et au rang des groupes qui ne déçoivent pas, clairement.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1