531

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 11/20

LINE UP

-Jens Malusckha
(batterie)

-Vurtox
(chant+guitare)

-Rajk Barthel
(guitare)

TRACKLIST

1)In Vengeful Embrace
2)Expired
3)The Long Way Down To Eden
4)Three Neuron Kings

DISCOGRAPHIE


Disillusion - Three Neuron Kings
(2001) - death metal metal prog métal hybride - Label : Autoproduction



Après la claque que je suis pris l'année dernière avec le premier album de Disillusion, Back To Times Of Splendor, je me suis dit qu' il fallait à tout prix jeter une oreille attentive à leur second EP auto-produit sorti en 2001, mystérieusement intitulé Three Neuron Kings, rien que pour constater une éventuelle évolution aussi bien technique que stylistique. Disillusion, même sur cet EP, est un groupe décidément à part de la scène metal dans son ensemble...

Ne pouvant être cataloguée avec précision, la musique du groupe ne ressemble à aucune autre: heavy, atmo, black, death? Rien de cela et en même temps, tout à la fois, mais combiné de telle façon que le résultat était surprenant et novateur sur Back To Times Of Splendor. Bien sûr, il en restera toujours qui ne seront pas d'accord sur le jugement que j'avais eu sur ce groupe; mais un an après, il n'a pas évolué d'un pouce: je pense toujours que ce groupe possède ce petit quelque chose tout à fait indéfinissable qui le rend si attractif et mystérieux. Alors qu'en était-il deux ans auparavant avec Three Neuron Kings?

Le constat est plus que positif, relativement à ce que représente cet EP dans la toute jeune carrière du groupe. Pourtant, même si les fondements de la musique de Disillusion sont bien là (cette schizophrénie stylistique si originale, le chant de Vurtox complètement à part, mais si hallucinant de maîtrise), on sent bien qu'il manque cette magie, ce coup de pouce de l'inspiration présent à chaque portée de Back To Times Of Splendor. Bref, le petit plus de maturité artistique qui faisait le sel de ce remarquable album. Ici, "The Long Way To Eden" (le meilleur morceau de l'EP) possède des relents de "The Mirror Cracked": une batterie resplendissante, des riffs de guitare à tiroirs ultra-techniques et un chant quasi-mystique, habité. De plus, l'ambiance mystérieuse, par la suite le point fort de Back To Times Of Splendor, montre ici quelques bribes de ce que sera la marque Disillusion sur cet album.

Mais les instruments additionnels, qui rendent si difficile le passage sur scène manquent cruellement sur Three Neuron Kings: les guitares acoustiques qui magnifiaient les breaks somptueux de Back To Times Of Splendor sont quasi absentes, sauf sur le titre éponyme de l'EP, sous forme atténuée et bien moins inspirée. L'ambiance est plus directe ("Three Neuron Kings", heavy à souhait par sa construction death old school), moins progressive, la production est plus crue (mais c'est une auto-production incroyable quand même!), la qualité des mélodies est plus faible, même si les riffs demeurent très inspirés.


En fin de compte, on remarque avec Three Neuron Kings que Disillusion possède un potentiel technique et une capacité d'écriture hors normes pour un groupe qui démarre sa carrière. Reste que ce mini-album est un témoignage de jeunesse, qui démarre doucement, de façon assez simple, mais pas simpliste ("Expired"), mais finit sur deux compositions des plus inspirées pour un début. La marge de progression avec Back To Times Of Splendor s'est faite sur les ambiances, bien plus recherchées et sur l'utilisation d'instruments (violons) et de constructions qu'on a peu l'habitude de voir dans le metal. Three Neuron Kings est plus une oeuvre de death prog technique, que de death atmo. Enfin, j'aimerai bien en voir plus souvent, des débuts de cette trempe-là...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4