525

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Pete Franklin
(chant+guitare)

-Barry Fitzgibbon
(guitare)

-Tony Newton
(basse)

-Dave Cavill
(batterie)

TRACKLIST

1)Welcome To The Real World
2)Kill The Pain
3)Long Way Down
4)Nightmare
5)Telepathy
6)Hell On Earth
7)Killing Time
8)Judgement Day
9)Cyberbabe
10)Never Give In

DISCOGRAPHIE

Real World (1999)

Dirty Deeds - Real World
(1999) - heavy metal - Label : Sanctuary Records



Découvert par Steve Harris et lancé sur son label personnel, Beast Records, Dirty Deeds a assuré de nombreuses fois la première partie d'Iron Maiden lors des tournées pour X-Factor, Virtual XI et Brave New World. Le coup de coeur de Steve Harris ne s'y est pas trompé; l'énergie du groupe rappelle celle que Maiden dégageait à l'époque de Paul Di'Anno, même si, il faut bien l'avouer, Dirty Deeds ne possède pas la classe du Maiden de cette époque.

Mais il faut replacer les choses dans leur contexte, et à notre époque où le true-metal est roi, un tel album est une aubaine et relève du miracle ! Du bon vieux heavy-rock sévèrement burné, avouez que c'est pas vraiment un style à la mode en ce moment, car à part des vieux groupes comme Saxon, Udo, Motorhead et éventuellement Judas Priest (choix plus contestable pour ce dernier, vu leurs derniers albums), plus personne ne joue ce style de musique alors que dans les années 80, c'était très courant ! Enfin bon, le but de ma chronique n'est pas non plus de verser dans la nostalgie... !

Real World est un excellent album dans ce style, et le seul reproche qu'on peut lui faire, c'est une certaine linéarité dans la construction des morceaux, ce qui peut faire fuir les habitués des compos variées d'Iron Maiden. Les chansons peuvent paraître un peu répétitives et les tempos sont souvent les mêmes, mais c'est normal d'un coté car on peut sentir une influence Ac/Dc (d'où le nom du groupe d'ailleurs !), avec la recherche d'une efficacité optimale. Le style de Dirty Deeds est toutefois plus heavy et mélodique que celui d'Ac/Dc, comme on peut s'en rendre compte sur "Never Give In" qui possède un de ces riffs de tueurs, vachement entraînant, le genre de trucs que la bande à Angus n'arrêtait pas de nous pondre passée une époque, efficacité garantie ! Ac/Dc n'est pas la seule référence de Dirty Deeds, on peut aussi sentir des influences Queensryche première période sur "Telepathy", sur les guitares et le chant austère, typique du Reich donc, le genre de truc bien froid quoi ! La ligne de basse sur ce morceau n'est pas sans rappeler celle de "Wrathchild". Ben oui, le maître du bassiste c'est bien Steve Harris et ça s'entend !

Heureusement, la personnalité du groupe est très forte (chose de plus en plus rare de nos jours !), même si on sent également une influence Maiden évidente par moments. Et comme pour Iron Maiden, les parties instrumentales de Dirty Deeds représentent parfois le meilleur moment de la chanson.. On peut citer comme exemple les quelques harmonies double à la guitare dignes d'un "Fear of the Dark" (sur "Long Way Down") et à un arpège très sombre de toute beauté, digne des ballades époque Di'Anno ("Judgement Day"). Il convient de saluer l'effort effectué sur les guitares, avec des riffs bien moins basiques qu'on pourrait le croire, car saupoudrés d'harmonies très réussies ce qui rend le tout plus mélodique (sans cela, le style du groupe serait vraiment banal, avouons le) et rend l'album intéressant sur la durée. Quelques tueries sont à recenser, avec déjà "Kill The Pain", un des meilleurs morceaux de metal estampillés 80's de ces dernières années, sans exagérer, une putain de cadence, des putains de solos dans le même style que ceux des premiers Maiden donc bien « in your face » et "Killing Time" où le groupe accélère enfin le tempo, putain il était temps de se démarquer du binaire les gars !


Évidemment, le groupe ne joue pas dans la même catégorie qu'Iron Maiden du fait de l'aspect linéaire des compos que j'avais évoqué plus haut, mais ce groupe reste une révélation pour tous les fans de heavy-rock typé 80's. Il est clair qu'ils n'auront jamais la même carrière que Maiden, et je sais pas si ils parviendront un jour à se démarquer de la catégorie des groupes de seconde zone. Ceci dit, je préfère un combo de seconde zone de qualité et qui pète le feu, plutôt qu'un groupe de premier choix complètement à la ramasse et qui nous emmerde avec sa soupe (Iron Maiden, encore et toujours !) Et par les temps qui courent, où le speed mélodique et le black-metal « mélodique » règnent en maître, ça fait du bien !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1