5189

CHRONIQUE PAR ...

90
Seth
Cette chronique a été mise en ligne le 26 avril 2012
Sa note : 16/20

LINE UP

-Aris Pirris
(chant)

-John Ioannidis
(claviers)

-Chris Gatsos
(guitare)

-Apostolis Kaltsas
(basse)

-Akis Gavalas
(batterie)

TRACKLIST

1) Imaginative Mind
2) Lend Me a Hand

3) Evil Feelings
4) 9 AM News
5) Redemption of Sins
6) Captive
7) Grief
8) Diversity
9) Inertia
10) Journey Ends
11) Journey's End

DISCOGRAPHIE

Quantum Leap (2011)

Persona Non Grata - Quantum Leap
(2011) - metal prog - Label : Massacre Records



Persona Non Grata. Avec un nom pareil, on est obligé de faire du prog. C’est bien ce que ce sont dit cette bande de Grecs il y a quelques années de cela lorsqu’ils se sont formés. Leur premier album, Shade in the Light, était sorti en 2009, et les voici de retour avec Quantum Leap, même pas trois ans après, confirmant qu’ils sont toujours capables de produire un prog cohérent qui pourrait faire la différence parmi les nombreux jeunes groupes.

Dieu sait que faire du prog n’est pas donné à tout le monde. Et nombreux sont les groupes qui y ont perdu leur crédibilité, car lorsqu’on s’attaque à ce style, ce n’est pas seulement la technique ou l’intensité qui prime, mais c’est un tout absolu, un mélange complexe dans lequel on ne peut se permettre d’oublier un élément, sans quoi il n’y a aucune chance pour que cela prenne. Persona Non Grata a cependant quelque chose. Quelque chose de crédible d’une part, ce qui est déjà énorme dans le prog, mais aussi quelque chose qui pourrait le différencier. Ce quelque chose, cela pourrait s’appeler personnalité, et cela va se traduire dès les premiers instants d’écoute de cet album. Les premières notes ne surprennent pas tant, bien que ne manquant pas de plaire, puis petit à petit quelque chose de différent commence à se profiler. Un inattendu côté mélodique se définit alors, et le charme prend.
Ce qui fait que ça marche, c’est que Persona Non Grata produit un metal progressif sans temps mort, et qui est loin d’être fade. Le chanteur est expressif et porte bien la musicalité progressive globale, le côté technique quant à lui est parfaitement contrebalancé par l’apport mélodique très agréable, notamment dans les refrains ("Lend me a Hand", notamment). Ce groupe s’identifie assez facilement comme faisant partie de la vague de renouveau qui souffle actuellement sur le prog, techniquement et musicalement poussé, mais également profondément metal, avec des groupes tel qu’Epysode ou Ayreon. On peut d’ailleurs ressentir l’inspiration du côté space metal d’Ayreon dans certaines utilisations de claviers et de voix parlées. L’ambiance est également assez proche des deux groupes cités précédemment, par l’univers que l’on ressent urbain, technologique et désabusé, au travers d’une musique ultra réaliste dépeignant les sentiments oppressants de la société moderne ("Evil Feelings").
Musicalement parlant, aux côtés de l’univers technique sans surprise pour du metal progressif, on sentira progressivement s’intégrer un lyrisme bienvenu dans la musicalité générale, habilement ornée de progressif technique qui sera cependant loin d’être étouffant, avec des chansons comme "Redemptions of Sins". On ne pensera  d’ailleurs pas forcement à l’inévitable Dream Theater qui couvre généralement de son ombre la plupart des formations de metal progressif récentes, même si l’on sent l’influence de la musicalité moderne du géant du prog (dans des albums comme Six Degrees of Inner Turbulence ou encore Black Clouds & Silver Linings) sur plusieurs passages de quantum leap ("9 AM news", "Journey’s End", "Diversity"), mais l’apport d’éléments mélodiques dans leur musique permet vraiment d’initier la création d’une personnalité bien à eux, qui mettra du temps à s’affirmer mais qui pourrait rendre cette formation assez intéressante pour figurer parmi les grands noms du renouveau du prog.


Persona Non Grata est donc un jeune groupe avec un nom pas forcément terrible, mais qui a un réel potentiel et la capacité qui n’est pas donné à tous ceux qui s’y essaient de faire un metal progressif décent, et même de qualité, avec l’ajout d’éléments mélodiques toujours lié à un niveau de technique plus que correct. Reste à savoir ce que ce groupe fera de ce potentiel à l’avenir.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5