5185

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 23 avril 2012
Sa note : 16.5/20

LINE UP

-Candice
(chant)

-Staif
(guitare)

-Greg
(guitare)

-Damien
(basse)

-Guillaume
(batterie)

TRACKLIST

1) Voragine
2) Harmaguedon
3) Adonaï
4) Gravis Venter
5) Inanis Venter
6) Sidus
7) Proserpina
8) Hercolubus
9) Praedator
10) Anatemnein

DISCOGRAPHIE

Autopsie (2000)
Samantha (2002)
Sôma (2004)
III (2012)
Ex Umbra In Solem (EP) (2014)
Ankaa (2016)

Eths - III
(2012) - postcore death metal - Label : Season Of Mist



D’un côté, il y a les groupes de « métal à chanteuse  »  où cette dernière jouit généralement du statut de « princesse au milieu des brutes   ». De l’autre, on trouve quelques hurleuses qui rivalisent avec leur collègues masculins pour sortir les vocaux les plus bestiaux (Arch Enemy, Walls of Jericho,…). Et puis, il y a ETHS et sa perle rare, Candice. Cette dernière est dotée d’une voix qui lui permet d’être à la fois Blanche-Neige et la méchante reine mère. Rien que pour cette particularité, le groupe marseillais vaudrait la peine d’être écouté. Mais l’album III a d’autres arguments à faire valoir, à savoir des rythmiques métalliques très carrées, un son énorme, et un savoir-faire certain tant dans la composition des morceaux que dans la création de mélodies et d'atmosphères accrocheuses. Bref, Candice n’est pas (et loin s’en faut !) l’unique centre d’intérêt de ce très bon opus.

La facilité serait de dire que III, c’est une rythmique qui cartonne, inspirée de groupes comme Strapping Young Lad, Gojira ou Fear Factory, et des refrains sentant bon la chanson française version Zazie. Certes, on retrouve tout au long de l’album cette structure simple opposant des couplets chantés en grunts et appuyés par une rythmique en béton armé, à des refrains aériens où les hurlements de Candice se muent en douce voix aérienne. Mais ETHS a plus d’un as dans sa manche et propose un certain nombre d’effets franchement gouleyants. On citera par exemple des breaks où les guitares plombées font ressortir la beauté de chœurs éthérés ("Adonaï"), des vocaux scandés façon rap ("Inanis Venter"),  ou encore plusieurs passages de métal symphonique agressif que ne renieraient pas des pointures comme Flehsgod Apocalypse. Un summum est atteint avec "Sidus" qui commence avec une structure classique couplet/refrain avant de se muer très élégamment en monument de puissance instrumentale, dans un registre totalement death.
ETHS sait donc unir les contraires avec talents et III est un album varié où l’on ne s’ennuie guère. Des bémols ? Un seul : la présence de deux chansons « moyennes » qui font baisser temporairement l’intensité de l’opus. "Gravis Venter" est un titre « mainstream » un peu quelconque, et "Proserpina" est un peu confus, décousu, même si le morceau est en partie sauvée par un final dans la lignée des métalleux italiens mentionnés auparavant. Pour le reste, il n’y a rien à redire, les autres morceaux tiennent la route et sont à la fois accessibles et extrêmes, "Adonaï" et son clip à l’ambiance biblique, étant certainement le hit de l’album. Les vocaux de Candice sont extraordinaires dans le registre clair et très convaincants en mode growl, cette chanteuse montre donc une polyvalence vocale extrêmement rare. A noter également que III est disponible en deux langues, le français et l’anglais.


Le genre de mélange offert par ETHS avait été tenté par Theatre of Tragedy sur des albums comme Musique ou Assembly, mais de manière bien plus sage. Le troisième album d’ETHS est un régal de puissance, un excellent compromis entre musique extrême et mélodies accrocheuses, servie par un son énorme, et nous permet d’entrevoir ce qui se serait passé si Zazie ou Mylène Farmer avaient eu un penchant pour le métal extrême (un duo Zazie – Devin Townsend ou Dan Swanö aurait eu quand même plus de cachet qu’avec Axel Bauer !). S’il est peu probable que les fans puristes de ces deux chanteuses apprécient l’œuvre des Marseillais, les metalheads un tant soit peu ouverts aux sensations nouvelles devraient acclamer cette petite « French touch » donnée par les vocaux clairs de Candice. Espérons que IV, V, VI et les suivants soient de la même qualité !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1