5167

CHRONIQUE PAR ...

85
JC
Cette chronique a été mise en ligne le 16 avril 2012
Sa note : 13/20

LINE UP

-Knut Erik Solhaug
(chant)

-Jo Inge Hemstad
(guitare)

-Martin Osterhaug
(guitare)

-Halstein Royseland
(basse)

-Jorgen Seger Haave
(batterie)


TRACKLIST

1) 52
2) This is it
3) Anchor
4) Anchor
5) Sweet Agony
6) Miss Alcohol
7) 12 Times the Pain
8) End of Days
9) Inferno
10) Dead:30
11) Time for the Dying
12) Warm Within
13) Overload

DISCOGRAPHIE

Svölk'Em All (2011)

Svölk - Svölk'Em All
(2011) - stoner Bear metal - Label : Napalm Records



« Hey mec écoutes ça ! »
Quelques secondes s'écoulent durant lesquelles les premiers riffs de l'album retentissent.
« Ouai putain c'est bien sympa ça ! Ce côté stoner/metal bien assumé avec ce petit truc sudiste. Ces ricains, ils savent y faire quand même! »
« Heu... ouai. Mais là c'est Norvégien. »
« ... »

Voilà à peu près le genre de discussion que l'on pourrait avoir avec un de ses collègues en découvrant l'album de Svölk. Il faut dire que nous sommes ici assez loin des clichés musicaux et des sonorités auxquelles nous sommes habitués de la part du pays des Fjords, et au fond cela fait un peu de bien. Pourquoi ? Parce que ça nous fait fermer nos mouilles à nous qui pensions que les vikings n'étaient bons qu'à nous pondre des sorties régulières exclusivement en black. Bon en même temps on peut pas trop rechigner parce que les salauds sont super balèzes dans le domaine.
 Mais voilà, aujourd'hui les casques à cornes ont été mis au placard, la boite à maquillage également (elle sera éventuellement ressortie pour Halloween) et les haches ont trouvé place dans la cuisine comme simple élément décoratif. Seul les liquides affriolants sont probablement restés des alliés précieux dans le processus de création. Cela suffit-il à une bande de peigne-cul pour pondre un album de cru supérieur dans le surplus de metal/stoner qui se fait en ce moment ? A voir, mais il semblerait que la galette en question soit pourvue de certaines qualités appréciables.
 Assez logique quand on voit que les rednecks des glaces ont compris un principe simple mais néanmoins fondamental : envoyer du riff lourd, entraînant, et que l'on retient dès les premières écoutes ("52", "Miss Alcohol", "Time For The Dying") c'est tout ce qui compte. Oui, ça le groupe l'a compris, au point de parfois tourner autour des mêmes idées de compositions. Désiré ou pas peu importe, l'efficacité de certains titres est là et les liaisons s'en voient par moments renforcées ("Sweet Agony"/"Miss Alcohol", plutôt bien foutue pour coller avec l’esprit : « Et c'est reparti pour un tour! »).
 Outre ses riffs stoniques, Svölk'Em All propose sa diversité avec des titres plus ancrés hard/métal ("Inferno" et sa montée captivante, "Warm Within"). Chose bienvenue car cela permet d'échapper à ce qui aurait pu pendre au nez de l'album, à savoir une lassante linéarité. Bref, là encore le groupe arrive à frapper juste en insufflant une énergie racoleuse et brise nuque. Tous ces éléments font de cette galette une locomotive qui semble difficilement possible d'enrayer. Qu'est ce qui peut bien donc venir ralentir la course du combo ? Pas grand chose, si ce n'est une petite irrégularité dans la qualité des titres. Mais bon... ça on leur pardonne.

Sans être l'album de l'année, Svölk'Em All figure dans la catégorie des bonnes sorties. Celles qui reviendront probablement dans nos platines et ce, pour le simple plaisir de nos oreilles en manque de riffs ; conventionnels certes, mais du moment que ça s'écoute avec plaisir l'essentiel est là.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6