5142

CHRONIQUE PAR ...

97
Winter
Cette chronique a été mise en ligne le 03 avril 2012
Sa note : 11/20

LINE UP

-Valkus Valkiria
(chant+tous les instruments)

-Mike
(guitare)

-Giuseppe Orlando
(batterie)

TRACKLIST

1) Dawn
2) Sunrise
3) Morning
4) Afternoon
5) Sunset
6) Evening
7) Night

DISCOGRAPHIE


Valkiria - Here The Day Comes



Les Italiens de Valkiria ont eu une idée originale pour le cinquième album du groupe : quitte à l’intituler Here The Day Comes, pourquoi ne pas donner à chaque chanson le nom d’une partie de la journée ? Ainsi, le premier des sept morceaux se nomme "Dawn" ("Aube" pour les non-anglophones) et le dernier "Night", en passant par "Morning", etc. Ce genre de petits détails assez poétiques sied bien au genre proposé par le groupe : le black doom-death à tendance gothique, genre qui vise à l’exaltation de la contemplation et de la mélancolie humaine. C’est hélas la seule idée originale, car pour le reste, l’album est un peu fade. Comme un certain nombre d’albums chroniqués en ces lieux, les morceaux proposés sont très décents, mais passent sans retenir vraiment l’attention.

Avec Here The Day Comes, les artistes s'inspirent assez largement de la première époque de Katatonia : tempos lents, guitares lourdes et pleurantes, longues parties acoustiques… Nos Italiens ont la bonne idée d’ajouter à plusieurs titres quelques guitares plus noisy, tout à fait fidèles à l’esprit de la deuxième époque de… Katatonia. Le tout est parsemé de ci, de là, de vocaux larmoyants tels que les pratiquaient… Anathema (non, pas Katatonia, pour le coup), même si la majorité du chant est un mix d’une voix black, et d’une voix death. C’est dans ce point précis, le chant, que réside le premier problème de l’album : ce mix de voix, comparable en quelque sorte à un rugissement, est très efficace lorsqu’il s’agit de souligner les moments forts des morceaux, où la tension est palpable. Mais lorsqu’il est utilisé à tout bout de champ, il perd largement de son impact et on en vient à se demander pourquoi le chanteur s’énerve comme ça, alors que le paroxysme du morceau n’est pas atteint. Un peu comme si un commentateur de foot s’extasiait sur des passes effectuées du plat du pied au milieu du terrain…
S’il s’agissait de l’unique défaut de l’album, ça ne serait pas bien grave, mais ce n’est pas le cas. Une chose est de savoir composer des parties mélodiques intéressantes, des passages acoustiques et autres sonorités gothico-métalliques agréables à l’oreille (ce n’est certes pas donné à tout le monde). Une autre est de savoir assembler ces parties du puzzle musical et là, on peut avoir des doutes sur le savoir-faire de Valkiria. Tous les morceaux commencent de façon intéressante, mais, outre la quasi-absence de temps forts ou de parties accrocheuses, l’enchaînement des différentes composantes des chansons est un peu hasardeux, ce qui donne la sensation que l’on ne sait pas où on va. Le fait que presque tous les morceaux n’ont pas de véritable fin, mais un passage qui se répète decrescendo, paraît assez symptomatique des carences du groupe en matière de structuration des compos. D’aucuns y verront sans doute un parti-pris artistique. C’est peut-être le cas, mais on peut néanmoins en douter.


Au final, malgré une évidente facilité pour créer de jolies ambiances dépressives, cet album est quasi-exclusivement réservé aux nostalgiques des premiers albums d’Anathema et surtout de Katatonia. Si "Afternoon" et sa mélodie centrale qui rappelle "Gateways of Bereavement" éveille quelque peu l’intérêt de l’auditeur, le reste de l’album, sans être rebutant, est assez plat et ne présente pas un grand intérêt. Valkiria paraît avoir essayé de reproduire fidèlement la musique de ses glorieux aînés, mais sans le génie créatif qu’a pu avoir Blackheim en son temps, avant de partir explorer, avec plus ou moins de bonheur selon les sensibilités musicales, d’autres horizons musicaux. Ne sort pas Dance of December Souls qui veut.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5