5140

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 02 avril 2012
Sa note : 16/20

LINE UP

-Kriegtalith
(chant)

-Anti
(guitare)

-Resurgemus
(claviers)

-Asbath
(batterie+temir-komuz)

TRACKLIST

1) Saga of Temudgin
2) Oron River
3) Khagan


DISCOGRAPHIE

Khagan (2011)

Darkestrah - Khagan
(2011) - black metal pagan atmo envoûtant - Label : Osmose



Après des premiers essais médiocres, Darkestrah enchaîne les tueries : Epos et The Great Silk Road sont sincèrement parmi les meilleurs albums de pagan/black metal, avec une composition et une finesse rarement égalée. Vous imaginez bien toute la pression qu'ils devaient avoir sur les épaules pour la sortie de cet EP : Khagan.

Il semblerait que Darkestrah adopte une formule un peu à la synthèse des vieux albums plutôt portés sur le black metal et sur les nouveaux, beaucoup plus atmosphériques et rendant bien mieux hommage à leur contrée natale (soit dit en passant, leurs récents efforts The Great Silk Road et Epos sont à découvrir). On retrouvera donc quelques réminiscences black d'un Embrace of Memory, l'amateurisme en moins, car ces Kirghizes savent maintenant rendre justice à leur talent, en y incorporant des sons de temir-komuz sans avoir le droit à un mélange dissonant inutile et mal orchestré. Désormais, Darkestrah sait tenir ses promesses.
Du coup, sans atteindre l’excellence des deux précédentes réalisations, le voyage s'effectue quand même, et la traversée dans les steppes du Kirghizistan est plus que plaisante. D'ailleurs, le combo nous offre une petite nouveauté : si les ambiances guerrières sont habituelles chez eux, ce qui est plus surprenant, c'est le chant clair de la chanteuse, qui colle parfaitement à l'atmosphère, et, dans le timbre, nous rappellera très légèrement Masha d'Arkona. Sauf qu'à la vélocité de la russe, la kirghize préfère le mysticisme et le chamanisme, et son chant est envoûtant. Sa voix black, toujours aux allures de sorcière, reste cependant reconnaissable entre milles.
Il reste cependant difficile de tout juger sur uniquement trois morceaux, mais ces derniers sont variés. L'instrumentale "Onon River" permet une petite pause, une détente entre les deux tempêtes que sont "Saga of Temudgin" et "Khagan", aux riffs acérés et rapides, qui se combinent à merveille avec toutes les touches traditionnelles, et créent ce mélange qui donne vraiment la personnalité de Darkestrah. Tout comme le chant se démarque de confrères/consœurs, la musique suit le même chemin, littéralement sublimée par toutes les petites touches apportées ici et là : tout passe à une vitesse folle, et même la production particulière confère du charme.


Darkestrah suit son petit bout de chemin tranquillement et ce 3 titres, Khagan, donne envie de connaître la suite très rapidement. Et si l'album suivant est le digne successeur d'Epos et The Great Silk Road, alors les trop méconnus Darkestrah devraient être intronisés comme référence dans leur genre pagan/black atmo.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2