514

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Vidar
(chant)

-Amorgen
(flûte+bombarde)

-Taliesin
(guitare)

-Tilion
(guitare)

-Milambre
(basse)

-Juanjolocaust
(batterie)

TRACKLIST

1)Les Traces de la Branche Rouge
2)Formors "Mer de Glace et d'Ombre"
3)Formors "Exil"
4)Gwaenardell
5)Le Combat des Arbres
6)Les Griffes des Oiseaux
7)Ventres Noirs
8)Manannan Mac Lir

DISCOGRAPHIE

Formors (2005)

Aes Dana - Formors
(2005) - black metal folk Pagan celtique - Label : Adipocère Oaken Shield



Après La Chasse Sauvage qui avait donné à Aes Dana un nom en 2001, c’est le nouveau et second véritable album Formors qui donne ici une ampleur supplémentaire au combo parisien. Amateur de black metal celte à la construction progressive, Formors est pour vous! De la même manière que sur La Chasse Sauvage, il s’agit ici d’un métal compact, virulent, très instrumental, bombarde et flûtes en avant. Il est difficile dans ce domaine musical d’associer pareils instruments, sans être soit à coté de la plaque niveau notes, soit carrément ridicule et trop festif. Aes Dana s’en sort bien, même si la bombarde aura toujours un coté festif et traditionnel à mes oreilles. Il n’empêche que le metal de Aes Dana est des plus remarquables si l'on se réfère à la qualité des compositions et aux structures à la fois intenses et envolées.

Sans être un accompagnement standard, le black metal joué par le groupe accompagne tout en symbiose les instruments à vent, et ce dans une technique notable. Tout au long de ces huit titres, Aes Dana développe à la fois une musique sombre et virulente ("Le Combat Des Arbres"), authentique, sans faux-semblant ou broderie, baignée dans un anachronisme épatant, dans un folklore qui nous est proche et loin à la fois. Tout cela est fait avec une sincérité et une authenticité exemplaires, autant au niveau de la composition que des paroles. Sur ce dernier point, la logique est respectée avec des textes en français, présentant des histoires en un paysage fouillé, plutôt noir, empruntant parfois la voie de Taliesin dans un élan de tradition ancestrale et païenne ("Le Combat Des Arbres").

Seul et unique chanteur, Vidar parvient avec une assez grande virulence à renverser la musique du coté sombre. Certains placeront le timbre de ce dernier en opposition avec le délicatesse des flûtes et bombardes, mais c’est bien ce que fait Aes Dana, ce mélange toujours instable de violence et de calme. Il sera à ce propos important de noter la capacité du groupe à adapter le rythme à ses histoires, autant du coté du mid tempo voire acoustique comme la deuxième partie de "Manannan Mc Lir" ou le début de "Mer De Glace Et D’Ombres". Et lorsqu’il faut être plus véhément, comme" Les Griffes Des Oiseaux", "Ventres Noirs" ou "Exil", les celtes s’en tirent très bien. Et niveau guitares, les riffs ont toujours une raison d’être, soit comme accompagnement rythmique et technique de la bombarde, soit vecteur d’un black metal à la Himminbjorg sur certains passages. Certains passages rythmiques comme sur "Exil" valent leur pesant d’or.


Formors. Enfin un album qui allie metal clair dans lequel chaque instrument a son mot à dire (très bon batteur à l’aise dans toutes ses approches) et musique extrême raffinée. Il n’est jamais facile de se mettre pour la première fois dans le bain du pagan metal, tant les structures et l’approche harmonique diffèrent du metal traditionnel, mais une fois dedans, le voyage est garanti.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5