5103

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 19 mars 2012
Sa note : 14/20

LINE UP

-Chris Bay 
(chant+guitare)

-Lars Rettkowitz
(guitare+chœurs)

-Samy Saemann
(basse+chœurs)

-Klaus Sperling
(batterie+chœurs)


TRACKLIST

1) Age of The Phoenix
2) Rockstars
3) Crimson Dawn
4) 66 Warriors
5 )Back Into The Land of Light
6) Sun in The Dark
7) Hero on Video
8) Valley of Kingdom
9) Killer Gear
10) Rockin' Radio
11) Terra Liberty
12) Eternity
13) Space Legends
14) Power & Glory

DISCOGRAPHIE


Freedom Call - Land Of The Crimson Dawn
(2012) - heavy metal power - Label : Replica / NTS



Freedom Call c’est un petit peu un mélange d’Helloween, Edguy et Gamma Ray. Vous l’avez aisément compris, on a entre les mains du power métal aux hymnes qui pleuvent à la pelle ! En plus c’est allemand (tout comme les groupes sus-cités) donc bien carré, et ça va droit à l’essentiel. Déjà leur septième opus de la part des Allemands, c’est un groupe assez actif qui n’a connu aucune pause jusqu’à présent.
 
Quatorze titres composent cette galette. Les claviers sont présents mais restent discrets, personne n’occupe à proprement dit ce poste. Pourtant, ses touches bien senties apportent de la profondeur aux titres et enrichissent leurs ambiances (par exemple sur les morceaux "Crimson Dawn", "66 Warriors" ou encore "Eternity"). Mais le cœur de leur musique est bel et bien centré sur le chant. Le tout est soutenu par des guitares assez simples qui assènent des riffs qui servent à merveille le propos. On peut néanmoins regretter le manque de technique, les soli sont assez rares. Le chant est quant à lui parfaitement calibré pour le genre et les chœurs sont extrêmement présents et constituent véritablement un cinquième instrument. C’est simple mais diablement efficace, et la recette a déjà été éprouvée par de nombreux ténors du genre. "Age of the Phoenix" est un excellent opener qui donne un excellent aperçu de toutes les qualités du groupe : science du riff simple et très accrocheur, solo inspiré, chœurs et chant d’une mélodie imparable, surtout sur les refrains.
Les refrains, comme tout groupe de power/speed métal qui se respecte, sont la pierre angulaire de chaque morceau. Et quand celui-ci n’est pas suffisamment bon, c’est tout le titre qui tombe à l’eau : les morceaux "Back into the Land of Light", "Rockin' Radio" et "Hero on Video" (là on tourne carrément au ridicule) en témoignent avec leur refrain médiocre.  "66 Warriors" est une franche réussite, ce titre alterne admirablement les rythmiques. Et là aussi les chœurs sont diablement efficaces. Ça reste globalement correct jusqu’à "Back into the Land of Light" après on rentre dans un ventre mou. Il faudra attendre le trio de fin pour s’enthousiasmer. "Space Legends" restera parmi les fers de lance de cet effort, avec un refrain imparable et un court mais efficace solo. "Power & Glory" termine la galette sur une touche bien festive qui donne envie de relancer le disque dans la foulée ! Cependant, un problème avait été soulevé sur leur album Dimensions, qui concernait des paroles pompeuses du style : « sommes de retour, nous sommes des winners et les meilleurs ». A la limite sur un titre, ok, ça peut passer mais quand c’est répété quasi systématiquement ça devient pénible. Ils n’ont pas du tout corrigé le tir par rapport à leur effort précédent, dommage.


Finalement, quoi dire de cette galette fort bien fournie ? Et bien il faut avouer que l’effet prend très bien. En effet, les écoutes de cet album s’enchaînent vite et force est de constater qu’un réel plaisir est là. Certes un tiers des titres sont clairement faiblards, mais le reste est solide et comporte une palanqué d’hymnes aux refrains fédérateurs. Pour ne rien gâcher le mixage est excellent, avec certes une mise en avant du chant, mais une section rythmique très efficace. L’amateur sera comblé, si les problèmes d’égo du groupe ne vous touchent pas !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5