5101

CHRONIQUE PAR ...

96
Mayou
Cette chronique a été mise en ligne le 08 mars 2012
Sa note : 13/20

LINE UP

-Jouni Matilainen
(chant)

-Tommi Helkalati
(guitare)

-EP Mäkinen
(guitare)

-Kärtsy Hatakka
(basse)

-Mart Mardisalu
(batterie)

TRACKLIST

1) Natural Backlash
2) Save Yourself
3) Feardrops
4) Hoax
5) Worldwide Hypnotize
6) Deathtrap
7) The Bridge That Leads Nowhere
8) King Authority (Honour To Serve)
9) Trance

DISCOGRAPHIE


Re-Armed - Worldwide Hypnotize
(2012) - death metal chimaira-metalcore - Label : Massacre



Quelle épreuve difficile que celle du premier album ! Surtout de nos jours, où la règle d’or est « Aie du succès maintenant ou crève ! ». Certains se lancent et font preuve d’un talent arrogant dès les balbutiements de leur génie, d’autres se font vite oublier et passent à la trappe. D’autres encore sortent des albums toute leur vie, sans jamais connaitre la gloire. Ceux-ci peuvent se repérer facilement, et ce parfois dès les premiers pas. Ce sont ces groupes qui font de la musique qui s’écoute, qui trouvera même quelques fans assidus, mais qui ne révolutionnera jamais rien (sans parler de ceux qui sont passés par l’originalité à leurs débuts, mais sans réussir à se renouveler). Re-Armed fait parti de ces groupes.

Et pourtant, ils en auront mis, du temps à sortir leur premier opus ! Le groupe s’est formé en 2001, et se revendiquait déjà comme influencé par le mélodeath de Göteborg (pour les incultes : In Flames, Dark Tranquillity, At The Gates…), un comble pour un groupe finlandais ! Une décennie plus tard, cette volonté d’appartenir à ce mouvement est toujours là, et évidemment, c’est flagrant. On le ressent particulièrement dans les riffs, alternants le thrash le plus groovy et le death le plus violent. Pour une fois, contrairement à bon nombre de leurs confrères, on sent que ce groupe a galéré à nous pondre toutes ces lignes, à les aligner dans le bon ordre, pour un résultat millimétré jusqu’à en perdre toute spontanéité. Attention ne prenez pas cette dernière critique comme un reproche, ce paramétrage réglé au poil de où vous voudrez, permet au groupe d’obtenir une maitrise stupéfiante de son art. Mais maitrise n’est pas forcément égale à qualité, et malheureusement parfois le groupe se perd dans une pluie de décibels se bastonnant pour être entendus les premiers. Certains excellent dans ce style, on parlait d’At The Gates tout à l’heure, mais Re-Armed a du mal à se renouveler et nous propose des riffs ayant toujours un air de déjà entendu (par exemple "Hoax" qui fait fortement penser à du Meshuggah).
On pourra citer une autre influence évidente : celle du Metalcore. Et plus particulièrement celui que peuvent pratiquer certains groupes comme Chimaira (tiens, ça tombe bien ils font leur première partie). Ce growl éraillé, cette puissance qui vacille entre violence et mélodicité… Tout cela n’empêche pas les riffs d’être d’excellente facture, et même très bons de temps en temps ("Woldwide Hypnotize", "Natural Backlash"). Cette dualité puissante et mélodique à la fois accorde un charme fou à l’ensemble. On se retrouve pris entre deux feux, la lourdeur du disque vous écrase littéralement (le final de "Trance", incroyable sentiment d’oppression)  et certains refrains vous donnent envie de vous coucher en position fétale en attendant qu’un rayon lumineux réussisse à percer les ténèbres qui vous entourent. Prenez par exemple "Feardrops" pour tenter de ressentir ça (Je vous rassure, ce n’était qu’une métaphore). Les meilleurs passages vous feront penser à certains refrains d’At The Gates (encore ??), comme celui de "Deathtrap", un des meilleurs titres de l’album. Malheureusement, on sent que le groupe manque encore d’expérience car parfois, la construction de certains morceaux gagnerait à être améliorée. Et surtout, ce manque d’expérience l’empêche de se développer une vraie personnalité, pour se démarquer de tout le monde. Car ce qu’il manque réellement ici, ce n’est pas de la qualité, celle-ci est bien là, mais c’est de l’originalité qui permettra à l’étincelle d’éclater.


Un album qui nous laisse entrevoir du potentiel. Mais pour l’exploiter, il faut que le petit Re-Armed trace sa propre route, plutôt que de suivre celle de ses ainés. S’ils continuent dans cette voix la, il y a fort à parier qu’ils ne perceront jamais, et qu’ils tomberont vite dans l’oubli. Triste sort pour des gens qui pourraient avoir du talent. Un album moyen, à ressortir du tiroir de temps en temps. Histoire tout de même à suivre…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6