5093

CHRONIQUE PAR ...

73
Dimebag
Cette chronique a été mise en ligne le 05 mars 2012
Sa note : 13/20

LINE UP

-Carson Slovak
(chant)

-Todd Mogle
(guitare)

-Ricky Armellino
(basse)

-Grant McFarland
(batterie)  

TRACKLIST

1) Lobotomy
2) Synapse
3) Oak God
4) My Lexicon
5) Dry Bride
6) Painting Leprosy
7) In Hell
8) Threats
9) Obelisk
10) Iconoclast 

DISCOGRAPHIE

The Red Giant (2012)

Century - The Red Giant



Histoire de changer un peu de la blinde de chroniques de hardcore que je me suis farci ces derniers temps, je me suis dit que j'allais chroniquer un peu de hardcore. Ouais, quand je suis à fond dans un genre, je suis capable d'être assez monomaniaque. Et donc aujourd'hui on va parler de Century, groupe de Pennsylvanie qui sort avec ce Red Giant sont troisième opus. Je n'ai pas écouté les deux premiers, je jugerai donc sur pièces et uniquement sur pièces, et pas en comparant avec l'ensemble de l’œuvre des bonhommes, comme il m'arrive souvent de le faire.

Et donc, Century fait du hardcore. Cependant, ils sont souvent décrits comme un groupe de métalcore, analyse pas forcément partagée ici bien que comprise, tant les américains sont adeptes du mélange des genres. En effet, Century se démarque quelque peu de la masse en proposant un truc foncièrement plus varié que la moyenne des sorties du genre. Hardcore classique, métalcore ok ("Lobotomy" ou "My Lexicon"), mais, finalement, le vrai mélange opéré par le groupe se fait avec du néo. Et oui ! Mais si, un petit effort, ce genre qui a tout défoncé dans les années 90 (poussant jusque début des années 2000), et qui a depuis peu à peu disparu, remplacé dans le cœur des métalleux allergiques aux genres extrêmes par le....métalcore, à tendance de plus en plus émo-gay à mesure que passaient les années et que défilaient des groupes toujours plus nombreux et décomplexés sur l'aspect mélo-mainstream de leur propos.
Bref, Century ne fait point dans l'émo, que le lecteur apeuré se rassure. Non, Century, c'est avant tout un gros melting pot, mélant donc hardcore old-school parfois assez virulent ("Synapse" ; "Dry Bride") et genres plus calmes, majoritairement du néo groovy jumpisant donc : les refrains de "Oak God" ou encore "My Lexicon", ramènent un peu l'auditeur 10-15 ans en arrière. Pas désagréable, et ça change un peu du thrash revival. Cependant le propos est limité, car si Century sait se montrer efficace, il peine par contre beaucoup à se montrer plus que ça. Malgré tous les featuring vocaux donnant du relief à l'album et les différents styles associés plus que véritablement conjugués (encore une fois, la variété dans les compos est le point fort de groupe), on peine quelque peu à trouver des morceaux véritablement tubesques, alors que le genre s'y prête à merveille. Semi-déception donc. Sur la forme, rien à redire, Century c'est pro, c'est carré, ça joue bien, et la prod' est à la hauteur de l'expérience du groupe : solide sans être fabuleuse.


Pas grand chose d'autre à dire sur ce groupe qui peine un peu à convaincre : il y a de la maitrise, de la variété, mais l'ensemble est un peu éparpillé et le mix hardcore néo-métal n'est pas si efficace qu'il pourrait, la faute à des riffs assez pauvres et à une section rythmique assez basique. Niveau chant c'est mieux, bien que les parties en voix claires fatiguent assez vite. D'autres morceaux sont certes plus intéressants (notamment "Painting Leprosy" et son côté plus rock), mais sans grande cohérence avec le reste. Un plutôt bon groupe donc, mais sans plus.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2