5084

CHRONIQUE PAR ...

88
Mita
Cette chronique a été mise en ligne le 28 février 2012
Sa note : 16/20

LINE UP

-Keely Larreina
(chant)

-Rex Zeco
(guitare)

-Alan Rawson
(guitare)

-Steven Steele
(basse)

-William Blodyn
(batterie)

-Daniel Kells
(claviers)

TRACKLIST

1) Into the Night
2) Nightfall
3) Mystical Nights
4) For Queen and Metal
5) Lady Fantasy
6) Nocturnal Thoughts
7) Secret of the Blind Man
8) Majesty
9) Rebel to Rebel
10) Screaming for Mercy
11) Dark Fairy

DISCOGRAPHIE


Nightqueen - For Queen and Metal
(2012) - heavy metal - Label : Massacre Records



Au pays du chocolat (le bon, le vrai), de la bière et d'Albert, on sait aussi faire du metal. La preuve, plusieurs groupes originaires de ma contrée ont réussi à percer sur la scène internationale, comme Aborted, Enthroned ou encore Ancient Rites. Vous trouvez tout cela un peu trop … brutal ? En Belgique, on possède aussi des groupes plus power/heavy/prog, de la trempe d'Iron Mask, Virus IV, Beyond The Labyrinth, Magic Kingdom ou Ethernity. Celui d'aujourd'hui sort son premier opus, et peut-être qu'il se fera un nom un jour, car le talent est là chez Nightqueen.

Alors déjà, petit plantage du décor : avec For Queen and Metal, on est plongés dans un bon vieux power/heavy traditionnel qui défouraille sec, aux mélodies imparables et dévastatrices, aux refrains ultra-accrocheurs et puissants et aux hymnes à la pelle. Une formule qui a déjà fait ses preuves, mais qui de nos jours n'a vraiment rien d'innovante. Et c'est vrai qu'à l'écoute de Nightqueen, on pensera souvent à Warlock pour le chant, et à moult autres formations du style quant aux rythmiques puissantes et rapides, aux guitares qui tranchent dans le vif ou à cette capacité à créer des morceaux très efficaces avec pas grand chose. Qu'importe, car bouder son plaisir pour un tel critère serait bien dommage, d'autant plus que Nightqueen est un combo qui possède vraiment des arguments à mettre en avant, pour sortir la tête de l'eau et, surtout, sortir du lot.
Comme le nom semble le présumer, et l'influence citée ci-dessus également, les belges avancent avec un chant féminin, à la fois qualité et défaut. Défaut car parfois manquant un peu de justesse, ce qui pourra irriter, mais qualité par son énergie communicative, sa pêche et le fait que cette voix s'insère à merveille dans la musique. Keely Larreina ne manquera pas d'évoquer Doro Pesch, les timbres ne sont pas éloignées. Une fois les défauts techniques gommés, nul doute que la frontwoman transcendera les opus suivants. Les autres musiciens ne sont pas en reste, et même la basse est audible, pour les amateurs de cet instrument. Les solos de guitare sont efficaces (ceux de "Nightfall" et "Screaming for Mercy" sont jouissifs), et le clavier, polyvalent, montre sa présence sans en faire trop. Ainsi, Nightqueen a le bon goût d'éviter le kitsch.
Même si dans sa grande majorité, le groupe belge nous offre des morceaux directs et agressifs ("Nightfall", "Mystical Nights" ou "Rebel to Rebel", par exemple), quelques titres plus longs et ambitieux font leur apparition, ceux-ci étant très réussis. "Majesty" et "Dark Fairy" prouvent que Nightqueen sait où il va et maîtrise à merveille sa partition sans se perdre dans les méandres de la complexité, celle-ci dosée avec habileté. On préférera cependant la seconde nommée à la première, pour la simple et bonne raison qu'elle est bien plus entraînante et mieux composée. Deux titres se révèleront néanmoins un peu sous le lot : "Lady Fantasy" et "Nocturnal Thoughts" font preuve d'un petit ventre mou et peinent à conquérir par rapport au reste, et en particulier la deuxième, titre assez faible et dispensable.


For Queen and Metal est une offrande tout à fait bonne, extrêmement prometteuse et prouvant que la Belgique n'est finalement pas en marge en ce qui concerne le power/heavy, car Nightqueen pourrait bien percer grâce à leur talent. Quelques petits défauts aisément corrigibles n'auront donc pas raison de la grande qualité de ce premier album. Alors, fans de Warlock déçus par la carrière solo (sur CD, en live ça défouraille) de la chanteuse allemande, voilà une brillante alternative. Et les amateurs du genre en général sont invités à se pencher là-dessus.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2