5062

CHRONIQUE PAR ...

67
Silverbard
Cette chronique a été mise en ligne le 19 février 2012
Sa note : 15/20

LINE UP

-Martin van Drunen
(chant)

-Paul Baayens
(guitare)

-Alwin Zuur
(basse)

-Bob Bagchus
(batterie)

TRACKLIST

1)Into The Timewastes
2)Deathhammer
3)Minefield
4)Of Days When Blades Turned Blunt
5)Der Landser
6)Reign of the Brute

7)The Flood
8)We Doom You to Death
9)Vespa Crabro
10)As The Magma Mammoth Rises 

DISCOGRAPHIE


Asphyx - Deathhammer
(2012) - death metal doom metal old school - Label : Century Media



Le death metal old school a-t-il encore quelque chose à prouver en 2012 ? Visiblement, les Néerlandais d'Asphyx ont pris au sérieux la question et ce ne sont pas leurs 25 années d'expérience dans le rétroviseur qui vont les en décourager. Si vous cherchiez quelque chose de rafraîchissant en la matière, tout en demeurant intègre au genre originel, vous êtes bien tombé!

« This is trve death metal you bastards! » Le ton est donné dès le titre éponyme. Asphyx n'est pas là pour rigoler et les Bataves ont bien raison. Quid en effet du death metal old school depuis 2004 lorsqu'une bande de jeunes insolents nommés Bloodbath est venu remettre au goût du jour ce genre flétri avec un certain Nightmares Made Flesh ? Bolt Thrower ? Unleashed ? Les derniers combattants ne malheureusement plus bien nombreux et peinent à maintenir la barre haute. Fort de sa reformation en 2009 avec la sortie d'un Death… The Brutal Way bien accueilli par le public, Asphyx se devait de réconcilier tout le monde. Et c'est chose faite avec de Deathhammer, nouveau point de ralliement qui porte définitivement bien son nom.

Les riffs sont écrasants et assommants tout en étant bien aiguisés mais pas de trop, afin de garder une bonne dose de saleté et de groove. Bref, on se replonge dans l'ambiance des 90s et des premiers balbutiements du death metal en Europe. Ambiance malsaine, poussiéreuse et étouffante qui semble désormais d'un autre âge. Sauf que voilà, de l'eau a coulé entre les ponts et les Bataves mettent à profit leur expérience pour mettre tout le monde d'accord à l'image du chateur, le bien connu Martin van Drunen. Ce hurleur de premier rang livre une véritable démonstration de death growl dans un registre on ne peu plus écorché et aboyé. Dans le style éraillé, on peu difficilement faire pire (ou mieux selon le point de vue!) et le traumatisme est au rendez-vous.

Asphyx mitraille à tout va sur un format mid-tempo qui a fait ses preuves ("Deathhammer", "Reign Of The Brute" pour ne citer que les plus marquants), mais utilise à merveille sa facette doom qui fait des ravages tel "Der Landser", sommet de la galette. Les couplets sont lents, lourds et angoissants au possible jusqu'à une merveilleuse accélération sur le refrain avant que le morceau se termine sur une folie guitaristique doomesque qui rappellera les plus beaux soli suintant des premiers Paradise Lost. Le groupe semble avoir trouvé l'équilibre parfait en efficacité de la section rythmique, riffs tantôt agressifs ou tantôt suffocants (ou asphyxiant si vous me permettez!) pour une musique dévastatrice qui sait ne pas (trop) fatiguer les tympans.

Si vous êtes fâchés avec les productions death metal récentes surproduites, à la batterie triguée à mort et au grunt sans saveur, Asphyx vous remettra dans le bain de la grande époque où il n'y avait pas encore de blasts beats, où la double pédale était utilisée avec parcimonie et où on ne cherchait pas à dépasser la vitesse de la lumière. Vous vous retrouverez alors sûrement très vite à brandir fièrement le marteau de la mort!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1