5057

CHRONIQUE PAR ...

86
Althor
Cette chronique a été mise en ligne le 04 mars 2012
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Affan
(chant)

-Fufu
(guitare+chant)

-Hilarl
(guitare)

- Marco Sneck
(clavier)

-Kevin Talley
(batterie)

TRACKLIST

1) Salvation
2) Claymore
3) Janus
4) Decadence
5) Armageddon
6) R.A.D.A.R
7) Sins Of Our Creations
8) Singularity

DISCOGRAPHIE

Decadence (2012)

Nothnegal - Decadence
(2012) - melodeath - Label : Season Of Mist



Mais pourquoi diable vous parlerai-je des Maldives, cet endroit où immédiatement on pense îles paradisiaques avec sable blanc, eau turquoise,  cocotiers, et vacances... Alors je vous pose la question suivante : auriez-vous pensé que les Maldives pouvaient nous apporter des groupes de métal ? Non ? Eh bien moi non plus, enfin jusqu’à ce qu’on me donne cette promo de Nothnegal. Et croyez-moi, le résultat est surprenant !
 
Aux trois membres fondateurs locaux s’ajoutent l’américain Kevin Talley (Daath, ex-Chimaira, ex-Dying Fetus, ex-Musiery Index) et le finnois Marco Sneck (Poisonblack, ex-Kalmah). Ce dernier avait un rôle prépondérant dans les ambiances et l’aspect technique de son ancien groupe. Voyons comme ce dernier va être mis à contribution dans cette formation. "Salvation" débute sur une ambiance assez malsaine, sentiment suscité par une production assez brute de décoffrage, qui déteint par rapport aux sons biens plus modernes qui se retrouvent sur quasiment tous les groupes de mélodeath actuels. La section rythmique est très mise en avant et les guitares apportent les touches de mélodie quand nécessaire, et sont accompagnées subtilement par le clavier. Ce dernier s’illustre dès l’opener avec ses touches mélodiques et également un solo dans la plus pure tradition finnoise. On reconnait aisément le style de l’ancien claviériste de Kalmah. Ce titre restera clairement un des meilleurs de la galette, le refrain est vite mémorable. "Claymore" poursuit dans le même ton avec des ambiances toujours aussi torturées pour finir sur des notes de piano éthérées.
Celui qui se donne vraiment jusqu’ici est le chanteur Affan. On en a mal pour ses cordes vocales, mais fichtre ! Quelle rage et quelle plainte dans son chant ! Ça force le respect. Avec "R.A.D.A.R" le combo tente l’exercice du progressif. C’est franchement plutôt audacieux pour un coup d’essai de se lancer dans des schémas périlleux mais si ça passe, c’est tout à leur honneur. D’autant plus que jusqu’ici, le tout était très compact et commençait à devenir légèrement répétitif. L’intro du morceau maintient cette sensation inquiétante, qui sera en fait le fil conducteur de cet album. Le souci est que cette piste ne se lancera jamais vraiment, les claviers sont trop pauvres et les riffs sont finalement toujours les mêmes, dommage, on reste sur notre faim. "Sins Of Our Creations" qui débute sur une touche d’électro est chantée en chant clair, l’occasion d’apprécier le timbre de voix naturel du chanteur. Ça fonctionne et ça déteint nettement du reste. Enfin, Decadance se termine sur "Singularity", qui pose son ambiance avant de déboucher à nouveau sur du chant clair. Ainsi les deux derniers morceaux sont plus une expérimentation qu’autre chose, ça n’a plus grand-chose de death. Ca ne marchera par contre pas ici pour l'ultime piste.


Les amis, ce disque est tout sauf ridicule ! Comme quoi ce n’est pas forcément une question de culture, car même les Maldives peuvent nous amener de bons groupes.  Le combo présente déjà de très bons arguments pour son jeune âge. Ils semblent déjà avoir trouvé leur son propre et ça procure logiquement de la maturité intrinsèque à leur musique. Bon ça n’est tout de même pas exempt de défauts, car on peut citer la première partie de l’album qui forme un bloc assez difficile à digérer lors de la découverte. De plus, certains morceaux sont moins inspirés. Mais globalement, cet effort est une bien belle manière de démarrer  une carrière, à suivre assurément !



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5