505

CHRONIQUE PAR ...

19
Thänatøs
Cette chronique a été mise en ligne le 29 août 2007
Sa note : 18.5/20

LINE UP

-Set’h
(chant+basse)

-Natalie Rassoulis
(chant)

-Sotiris
(guitare)

-Chris
(guitare+samplers)

-Akis K
(batterie)

-Georges Z
(claviers)

TRACKLIST

1)Behold... The Land Of Promise
2)Unbeliever
3)Vitues Of The Beast
4)Faust
5)When All Is None
6)Red Code Cult
7)Dark River
8)Magic Loves Infinity
9)Sumerian Daemons
10)Mechanical Babylon
11)Infernal Sun
12)The Watchers
13)Shapeshifter

DISCOGRAPHIE


Septic Flesh - Sumerian Daemons
(2003) - death metal electro musique classique death orchestral, sombre et envoûtant - Label : Hammerheart



Formé en 1990, le groupe grec Septic Flesh n'a cessé de faire évoluer son death metal tant et si bien que le groupe jouit d'un statut plus qu'enviable dans le milieu. Son originalité, son refus de stagner et la qualité de ses productions ont fait de lui un groupe culte, incontournable pour tout amateur d'extrême, voire de tout métalleux. Voici la chronique de la dernière oeuvre d'un groupe mythique qui a eu le bon sens de tirer sa révérence tant qu'il était au sommet de son art...

Avec Sumerian Daemons, Septic Flesh s'attache à offrir une des formes les plus distinguées en matière de death metal en l'ornant de néo-classique d'une part, et d'electro de l'autre, en l'enrichissant sans le dénaturer. Autant ce mélange peut avoir l'air de relever du mauvais goût pur et simple sur le papier, autant en vrai, cela semble couler de source. Le groupe maîtrise son sujet, et ça se sent! On a affaire à un death metal lourd et racé, alternant mid-tempos et accélérations, magnifié par de sublimes arrangements néo-classiques ainsi par les choeurs de Natalie Rassoulis qui sont réellement à se damner. La dame offre une prestation telle que perdre son âme semble un bien mince prix devant une telle majesté. Enfin, les bidouillages electro se font subtils et inspirés et c'est ainsi que Sumerian Daemons passe du magnifique au sublime, et du sublime à l'onirique.

Avec "Behold… The Land of Promise", Natalie ouvre le bal de la manière la plus grave avec de fabuleux choeurs assez théâtraux qui semblent annoncer une mystérieuse cérémonie occulte visant à réveiller une impitoyable divinité. S'ensuit alors "Umbeliever" qui, en étant la chanson la plus violente de l'album n'a clairement pas l'air de contredire. Akis K de son jeu puissant, violent et varié, et Set'h de son growl profond à faire trembler les fondements du plus robuste palais déchaînent leur courroux pour punir le non-croyant tandis que Sotiris et Chris A. le lacèrent de leurs riffs plus lourds et incisifs les uns que les autres, semblables à d'immenses haches. Ainsi, le pauvre mécréant se retrouve à genoux sous les assauts impitoyables des démons sumériens à implorer le pardon de la déesse Natalie qui sert ici aussi des choeurs théâtraux façon opéra. Ce titre dégage une puissance phénoménale à laquelle la production exemplaire de l'album n'est sans doute pas étrangère.

En effet, Fredrik Norström a fait un travail remarquable: Sumerian Daemons jouit d'une production non seulement incroyablement puissante, mais soignée. Le death metal du groupe fait mal, très mal parfois -sans jamais verser dans la barbare brutalité- et en même temps, les éléments electro ainsi que les arrangements néo-classiques se distinguent clairement quand ils viennent se greffer à la musique. "Virtues of The Beast" l'illustre parfaitement en alternant de délicates touches électro légèrement indus et des passages death sublimés par un mémorable riff mélodique ou encore la fameuse combinaison arrangements néo-classiques + choeurs gradiloquents, du grand art. Enfin "Mechanical Babylon" occupe une place de choix au rayon des tueries intégrales en étant sans nul doute la chanson la plus onirique de l'album entre son intro arabisante et ses choeurs aux allures sacrées.


En bref, avec cet excellent album qu'est Sumerian Daemons, non seulement Septic Flesh explose les barrières qui séparaient Septic Flesh et Chaostar (leur excellent projet néo-classique) mais offre son oeuvre la plus sombre, la plus riche, la plus violente tout en étant portée vers le rêve (le cauchemar?). Sumerian Daemons invite l'auditeur dans les plus sombres recoins d'un monde à la mille et une nuits au sein duquel, entre les doreries, les démons se tapissent dans l'obscurité pour l'attaquer de leurs assauts fièrement death metal... et bien plus encore!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7