5042

CHRONIQUE PAR ...

17
Lucificum
Cette chronique a été mise en ligne le 07 février 2012
Sa note : 10/20

LINE UP

-Patrick Hemer
(chant+guitare+basse+programming)

-David Casanova
(claviers)

-Tom Wagner
(batterie)

TRACKLIST

1)Up From The Ashes
2)Thorn In My Flesh
3)Edge Of Insanity
4)For All Eternity
5)Firelight
6)The Godfather
7)Panem Et Circenses
8)Legend In Your Own Mind
9)Death On Two Leg
10)Guilty
11)Terra Incognita


DISCOGRAPHIE


Hemer, Patrick - More Than Meets The Eye
(2012) - heavy metal - Label : MBR Music



Mais qui peut bien être Patrick Hemer ? Bonne question. Ma culture étant ce qu’elle est (gigantesque, mais pas infinie) il faut se résoudre à aller glaner quelques informations sur la toile, alliée précieuse du chroniqueur qui ne peut pas tout savoir, ma bonne dame. Ce monsieur, donc, est un musicien allemand de studio, un genre de mercenaire de scène (comme il se définit lui-même) et a fait partie du groupe Horizon, mondialement connu pour ces albums tels que... euh… non, en fait, Horizon ne doit être connu qu’outre-Rhin. Bref, ce six-cordiste teuton nous présente maintenant son premier album solo, More Than Meets The Eye, que la Terre entière attend la bave aux lèvres.

Vous l’aurez compris, cette dernière phrase était teintée d’une légère dose d’ironie. Mais allons : ce n’est pas parce que l’on est un obscur musicien amateur de leberwurst que l’on ne peut pas proposer une musique racée, originale et – finalement – réjouissante. Malheureusement, ça n’est pas Patrick Hemer qui donnera de la véracité à la supposition précédente, parce que More Than Meets The Eye est plutôt médiocre. Plantons le décor : vous l’aurez peut-être anticipé parce que les stéréotypes odieux, ça vous connait, mais Patrick Hemer, étant Allemand, fait du heavy metal allemand. En général, ça veut dire bas du front, double pédale en mode « on s’arrête plus » et screaming prêt à dégainer à tout moment. Ici, ça n’est pas tout à fait vrai, parce que Patrick Hemer a décidé d’intégrer dans son heavy metal une certaine dose de tradition en variant les tempos, les ambiances et la dose d’agressivité de sa musique, mais dans une mesure limitée par les canons du genre.
Donc sans surprise, l’album alterne les morceaux typiquement rapides ("Thorn In My Flesh", "The Godfather"), les titres plus lents et plus lourds ("Guilty", "Edge of Insanity", "Panem Et Circenses"), mais aussi – n’oublions pas que Patrick est guitariste avant tout - les instrumentales épiques ("Firelight", "Terra Incognita") et une power ballade geignarde ("For All Eternity"). Les quotas sont respectés, tout est dans la norme, on est Allemand ou on ne l’est pas. Mais le plus gros problème, outre cette originalité qui brille par son absence, c’est la voix. Patrick a décidé de (presque) tout faire lui-même, il prend donc le micro, et ça n’est pas loin d’être catastrophique. Sa voix n’a aucune profondeur, un timbre mou, un vibrato hésitant et une difficulté à se poser dans les aiguës… Bref, il y aurait eu tout à gagner à prendre un chanteur compétent et charismatique, qui aurait pu insuffler une bonne dose d’énergie dans les onze titres de More Than Meets The Eye. Au lieu de quoi, Patrick traine son organe faiblard sur tous les morceaux (sauf les instrumentaux) et se tire une balle dans le pied.
C’est d’autant plus dommage que, si la musique de More Than Meets The Eye est stéréotypée et prévisible, elle n’en est pas pour autant mauvaise (en tous cas, pas tout le temps). Et ceci parce que Patrick est un guitariste assuré, avec de l’expérience et qui sait indéniablement quoi faire de ses six doigts. Certes, son jeu n’est pas flamboyant (lui non plus ne sort pas des sentiers battus) mais il a de temps en temps des éclairs, non pas de génie – le mot serait trop fort – mais en tous cas de lucidité en proposant un jeu sensible et inspiré (comme sur "Terra Incognita"). Côté riff, par contre, c’est un peu plus pauvre. Le titre d’ouverture "Up From The Ashes" rappelle l’album solo de James Labrie par son côté lourd et désaccordé, mais l’album manque de riff qui tuent. Il y a bien le groove sympa de "Legend in Your Own Mind", mais il faut attendre l’avant dernier titre "Guilty" (qui s’enchaine parfaitement, il faut le souligner, avec le titre précédent) pour être agréablement surpris par l’ambiance qui se dégage de la musique de Patrick Hemer. Trop tard, trop peu.


Oui, c’est bien de vouloir tout faire soi-même. Avec la magie du studio, on peut presque passer pour un bon batteur alors qu’on ne l’est pas, mais là où il est difficile de mentir, c’est bien derrière le micro. Et Patrick est un médiocre chanteur. Il faut donc se résoudre à affirmer que More Than Meets The Eye est un album qui aurait eu 3 points de plus sur sa note avec un chanteur reconnu et compétent.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2